Recrutement de nouveaux clients : les banques traditionnelles n’y arrivent plus

Recrutement de nouveaux clients : les banques traditionnelles n’y arrivent plus

Selon une récente étude, la capacité des banques traditionnelles à attirer de nouveaux clients réguliers s’enraye. Entre 2015 et 2017, une bonne partie d’entre elles ont même perdu des clients au profit des banques en ligne.

Pourquoi les banques traditionnelles perdent des clients ?

Les banques traditionnelles Françaises n’ont quasiment pas fait croître leur base de clientèle depuis 2015. C’est ce que montre le résultat d’une récente étude réalisée par le cabinet Bain & Compagnie qui affirme également que beaucoup d’entre elles ont perdu des clients entre 2015 et 2017. Globalement, le voyant de recrutement de nouveaux clients passe au rouge dans la plupart des grandes banques traditionnelles.

Dans les détails, l’étude montre que les acteurs traditionnels ont vu leur base de clientèle stagner ou évoluer à la marge pour les lotis. Ainsi, certaines banques traditionnelles affichent une nette amélioration de leur base de clientèle d’environ de 1,1 % en moyenne entre 2015 et 2017, quand d’autres, plus commerciales, ont constaté leurs portefeuilles de clients baisser de 2,1 % sur les trois dernières années.

La principale cause de cette stagnation, voire de perte, des portefeuilles de clients est la concurrence de plus en plus forte entre banque traditionnelle et banque en ligne. En fait, Les néo-acteurs proposent des offres de compte quasi-gratuit. A cela s’ajoute la perception de service dégradée qu’ont aussi les clients dans les banques traditionnelles.

De ce fait, les banques classiques perdent des clients au profil des néo-banques ou des acteurs 100 % en ligne qui proposent une tarification défiant toute concurrence et une perception de banque complètement différente.

Banque traditionnelle : 25 % des clients sont prêts à partir

Pour les usagers de banque, le service de base qui consiste à obtenir une réponse à une simple question ou encore à avoir un conseil en cas de difficulté n’est pas rempli dans les banques classiques. Ainsi, l’étude montre que 43 % des clients interrogés déconseillent leur conseiller clientèle, contre 40 % qui le recommandent.

Toutefois, malgré le lancement de plusieurs banques 100 % en ligne et l’entrée en vigueur de la mobilité bancaire qui facilite le changement de banque, seuls 4,5 % des clients des acteurs traditionnels ont changé de banque au cours de l’année 2017, contre 4,3 % 2016.

Certes, la hausse est très légère et peu significative, mais le mouvement risque de s’accélérer, selon certaines prévisions qui citent qu’un client sur quatre se dit prêt à changer de banque dans les mois à venir. A savoir que le taux d’attribution du secteur bancaire a doublé en seulement trois ans. Cela montre que la tendance peut être structurelle.


Dernières actualités Banque
Néobanques : cassent-elles vraiment les prix ? Néobanques : cassent-elles vraiment les prix ? 15/12/2018 - Les banques dématérialisées de dernière génération proposent des services gratuits. Pour obtenir des services premium...
Pas d’augmentation des frais bancaires en 2019 Pas d’augmentation des frais bancaires en 2019 14/12/2018 - Les principaux groupes bancaires Français se sont entendus avec l’Elysée pour ne pas augmenter les frais bancaires l’année...
Vers la fin de domiciliation de revenus en échange d’un prêt immobilier ? Vers la fin de domiciliation de revenus en échange d’un prêt immobilier ? 12/12/2018 - Saisi par l’Afub, le conseil d’Etat a récemment demandé à la cour de justice de l’Union Européenne de se prononcer...
Google débarque sur le marché du paiement sur mobile Google débarque sur le marché du paiement sur mobile 11/12/2018 - Entre les banques traditionnelles et les multiples fintechs, la bataille sur le marché des paiements sur mobile est vive....
Une autre néo-banque disponible en France Une autre néo-banque disponible en France 29/11/2018 - Un nouvel acteur vient d’arriver dans l’Hexagone  sur le marché des néo-banques. La digitalisation du secteur se poursuit...