Le rachat de crédit immobilier continue de s’essouffler

Banque et immobilier

Selon les données de la Banque de France, la part des rachats et des renégociations dans la production de nouveaux prêts à l’habitat est en baisse pour le troisième mois consécutif. Toutefois, le marché reste dynamique.

Production de prêt immobilier : la part des rachats ne représente que 49,6 %

Dans sa dernière note de conjoncture sur les crédits aux particuliers, la Banque de France fait état d’une baisse des rachats et des renégociations dans la production de nouveaux crédits immobiliers. En fait, la part de ces opérations de banques est en baisse pour le troisième mois consécutif.

Dans le détail, elle représentait 59,85 % des nouveaux financements à l’habitat en février, elle est ensuite descendue à 52,06 % en mars, à 52,1 % en mars, puis à 49,6 % en avril. De ce constat, le rachat de créance qui a été porté par l’attractivité des conditions de financement (baisse des taux, assouplissement des critères d’octroi, politique de la BCE…) de l’année dernière semble s’essouffler.

Toutefois, la proportion de presqu’une demande de crédit immobilier sur deux reste prépondérante dans la production de nouveaux financement à l’habitat. Pour rappel, le rachat de crédit immobilier consiste à faire racheter le capital restant dû de son prêt à l’habitat en cours par un autre établissement prêteur à des conditions plus favorables. Cela permet, soit de réduire la durée du contrat, soit de baisser le montant des échéances ou encore les deux sous certaines conditions.

Le marché du crédit immobilier a toujours le vent en poupe

Malgré la baisse continue de la part des rachats de prêt immobilier et quelques hausses des taux d’intérêt constatées depuis mi-décembre, les statistiques publiées par la Banque de France montrent que le marché du crédit immobilier reste toujours dynamique.

La production de nouveaux crédits immobiliers accélère à nouveau de + 5,6 % en avril en variation annuelle, contre 5,4 % un mois plutôt. En revanche, la production mensuelle de ce type de financement accuse un nouveau recul. Elle s’établit désormais à 27,1 milliards d’euros, contre 31,4 milliards d’euros en mars ou encore 32 milliards d’euros en février.

Pour les spécialistes, la principale raison de cette baisse est la diminution des opérations de rachat et de renégociation de prêt à l’habitat. Le climat d’incertitude lié à la période électorale peut aussi expliquer cette tendance.

Par ailleurs, le taux d’intérêt moyen des nouveaux prêts (hors rachat et renégociation) progresse lentement, il est passé de 1,54 % en mars à 1,57 % en avril, selon la Banque de France. Cela montre que les conditions d’emprunt demeurent toujours favorables aux emprunteurs.


Dernières actualités Rachat de crédit
Quasiment un ménage sur deux possédait un crédit en 2018 Quasiment un ménage sur deux possédait un crédit en 2018 14/02/2019 - Une publication de la fédération des banques fait état que 50% des ménages étaient...
Comment choisir un organisme de rachat de crédit Comment choisir un organisme de rachat de crédit 13/02/2019 - Le choix d’un organisme pour faire un rachat de prêts n’est pas anodin. Pour...
Les crédits ont été difficiles à rembourser pour les ménages en 2018 Les crédits ont été difficiles à rembourser pour les ménages en 2018 03/02/2019 - Les foyers semblent avoir des craintes à ne pas réussir à rembourser leurs prêts...
Rachat de crédit immobilier : les taux sont bas en ce début d’année 2019 Rachat de crédit immobilier : les taux sont bas en ce début d’année 2019 09/01/2019 - Comme anticipé par les grands réseaux d’intermédiaire bancaire, les établissements...
Crédit immobilier : les taux d’usure pourraient exclure certains emprunteurs du marché Crédit immobilier : les taux d’usure pourraient exclure certains emprunteurs du marché 13/12/2018 - Fixés trimestriellement par la Banque de France, les taux d’usure, de plus en...