Quelle a été la rentabilité des crédits immobiliers en 2016 ?

Immobilier

Le niveau des taux d’intérêt des financements à l’habitat a été historiquement bas en 2016. Pour offrir les meilleures conditions de prêt à leurs nouveaux clients, les banques ont parfois réduit leurs marges commerciales, diminuant ainsi leur rentabilité.

Des prêts immobiliers moins rentables pour les banques

Le volume de transactions immobilières en France a été exceptionnel en 2016 et la tendance du marché de la pierre se poursuit en 2017. Pour capter de nombreux nouveaux clients, les banques n’ont pas hésité à alléger considérablement leurs conditions, offrant ainsi de multiples avantages aux accédants à la propriété.

La production des nouveaux crédits à l’habitat s’est donc rapidement développée jusqu’à atteindre des niveaux très élevés mais l’allègement des modalités d’octroi de ces emprunts a diminué la rentabilité des organismes bancaires. L’ACPR a publié son analyse mensuelle des encours immobiliers de 2016 et constate que le taux de marge s’est sensiblement dégradé cette année. En 2014, le taux de marge nette des établissements était d’environ 0,4% mais il a pu se modifier selon les modalités des grands groupes bancaires et de leurs filiales.

C’est au premier semestre 2016 que les marges des banques ont chuté : le taux de marge se situait aux alentours de 0,05% fin 2016. Toutefois il faut relativiser ce chiffre puisqu’il ne comprend pas les frais d’assurance dans le cas où l’emprunteur décide de souscrire l’assurance groupe et d’autres frais annexes.

En 2016, l’octroi des crédits à l’habitat par les établissements bancaires a donc été moins rentable qu’auparavant. Le but de l’ensemble des banques sur le territoire tricolore était d’obtenir une nouvelle clientèle via leur produit d’appel. Cette stratégie leur permettra sur le long terme de fidéliser leurs clients en leur proposant de nombreux autres produits bancaires comme des livrets d’épargne ou des assurances-vie par exemple.

Les rachats de crédit et renégociations ont entamé la rentabilité des banques

Qui dit baisse des taux induit forcément renégociation des crédits et rachat de prêt immobilier. De nombreux emprunteurs se sont rués vers leur banque afin de renégocier l’ensemble des clauses de leur contrat de prêt immobilier. En général, les motivations étaient financières puisque cette démarche permet de réduire le coût total du financement pour l’emprunteur.

Pour la banque, ce sont les intérêts totaux qu’elle perçoit sur le long terme qui diminuent et c’est pour cette raison que ce genre d’opérations fait baisser leurs marges.

Certains emprunteurs ont choisi cette période de baisse des taux pour regrouper la totalité de leurs encours au sein d’un seul financement et ainsi rembourser une seule mensualité réduite. Cette opération financière, appelée « regroupement de prêts » permet également d’ajouter une somme supplémentaire dans le but d’acheter ou de financer un projet plus ou moins coûteux.


Dernières actualités Banque
Mobilité bancaire : peut mieux faire Mobilité bancaire : peut mieux faire 21/09/2017 - L’UFC – Que choisir a interrogé les Français sept mois après l’entrée en vigueur de la nouvelle mobilité bancaire...
Il manque 484 euros aux Français pour boucler leur budget mensuel Il manque 484 euros aux Français pour boucler leur budget mensuel 17/09/2017 - Selon un baromètre mesurant le pouvoir d’achat des Français, ils estiment que les fins de mois difficiles pourraient...
Changer de banque : 6 Français sur 10 l’envisagent Changer de banque : 6 Français sur 10 l’envisagent 11/09/2017 - Selon une récente étude, plus d’un Français sur deux est prêt à changer de banque. Ce choix est principalement motivé...
Le resserrement de la politique monétaire de la BCE attendra encore Le resserrement de la politique monétaire de la BCE attendra encore 08/09/2017 - Comme prévu, la Banque centrale Européenne (BCE) a décidé de maintenir aussi longtemps que nécessaire sa politique ...
La future domiciliation bancaire des revenus fait débat La future domiciliation bancaire des revenus fait débat 01/09/2017 - Les usagers bancaires craignent d’être liés contractuellement sur la durée avec leur banque. Ils dénoncent un risque...