Quelle carte bancaire pour les voyageurs ?

Quelle carte bancaire pour les voyageurs ?

Les nouvelles offres bancaires correspondent davantage au client nomade. Mais entre carte premium et paiements à l’étranger, comment choisir sa banque ?

Les cartes bancaires de plus en plus tournées vers l’international

Le paysage bancaire connait actuellement une mutation impulsée par les nouveaux acteurs de la banque : les Fintech. Ces start-up bousculent quelque peu le marché actuel. Si pour les particuliers, cette nouvelle concurrence permet de réduire les frais de fonctionnement, cette révolution numérique joue également un rôle dans l’évolution de l’offre des cartes bancaires.

Les cartes Gold ou Premier ont longtemps été réservées aux clients ayants des revenus solides ou n’hésitant pas à débourser une cotisation plus importante. Les cartes de paiements dites Premium sont des cartes qui permettent à leur porteur de profiter d’assurances et de garanties supplémentaires. Par exemple, aux sports d’hiver ou pour une location de voiture, il n’est pas nécessaire de souscrire des couvertures supplémentaires puisqu’elles sont déjà comprises avec la carte de paiement haut de gamme.

Mais avec les offres des banques en ligne et des néobanques, les cartes Premium se sont largement démocratisées. En échange d’une cotisation modique voire néant ou bien en fonction des revenus, les cartes Premier ou Gold sont facilement accessibles.

Comment limiter les frais à l’étranger ?

Cependant, pour un usage quotidien, par exemple pour des dépenses alimentaires, les cartes dites haut de gamme n’auront pas d’incidence. Néanmoins, c’est en voyage qu’elles révèlent vraiment leur potentiel notamment grâce aux garanties qui peuvent s’appliquer pour les transports : retard ou annulation, perte de bagages… Mais dorénavant, ces avantages vont encore plus loin avec l’arrivée des néobanques étrangères.

Car si les cartes premium sont similaires, les cartes des banques de nouvelle génération vont encore plus loin dans leurs offres. Leur cible est clairement définie : les voyageurs. Pour cela, les néobanques proposent des cartes où les paiements en devises étrangères sont possibles. Contre quelques dizaines d’euros annuels, une carte multi-devise peut être rechargée avec plusieurs monnaies. De cette manière, lors d’une transaction, l’usager se voit appliquer des frais particulièrement faible.

Dans d’autres établissements, les frais de change sont même supprimés pour les paiements à l’étranger. En revanche, une faible commission est alors prélevée selon l’accord conclu entre la banque et le réseau de carte de paiement. Les globe-trotters ont donc l’embarras du choix pour sélectionner leur carte bancaire en fonction de leur profil.


Dernières actualités Banque
Les néo-banques et les e-commerçants à l’assaut de l’immobilier Les néo-banques et les e-commerçants à l’assaut de l’immobilier 19/11/2019 - Du crédit à l’habitat et des biens immobiliers en ligne, voici ce que propose une néo-banque et un marchand sur internet....
Crédit immobilier, vers des frais de dossier en hausse en 2020 Crédit immobilier, vers des frais de dossier en hausse en 2020 12/11/2019 - Certains établissements bancaires vont relever en 2020 le plancher mais aussi le plafond des frais de dossier pour les crédits...
Les banques européennes planchent sur un nouveau mode de paiement Les banques européennes planchent sur un nouveau mode de paiement 06/11/2019 - Plus simple et plus rapide, une vingtaine de banques de la zone Euro pensent à un nouveau moyen de paiement qui regrouperait...
Baisse des taux, le HCSF inquiet pour la rentabilité des banques Baisse des taux, le HCSF inquiet pour la rentabilité des banques 04/11/2019 - La rentabilité des banques est entamée du fait des taux en baisse pour les crédits immobiliers. Le Haut conseil de stabilité...
Banque en ligne : 44 % des clients osent la domiciliation des revenus Banque en ligne : 44 % des clients osent la domiciliation des revenus 11/10/2019 - Les Français font de plus en plus confiance à leur banque sur internet. La preuve, ils sont 44 % à percevoir leurs revenus...