Les primo-accédants subissent la baisse du pouvoir d’achat immobilier

Les primo-accédants subissent la baisse du pouvoir d’achat immobilier

Les Français souhaitant accéder à la propriété immobilière ont souscrit moins de crédits en février dernier. La faute à leur pouvoir d’achat qui est entamé par la hausse des prix du marché.

Moins de primo-accédants en février 2018

Pour de nombreux ménages, acquérir un bien s’inscrit dans une suite logique. L’accession à la propriété offre un sentiment de sécurité et permet d’investir pour l’avenir. Mais les primo-accédants sont actuellement touchés par une baisse de leur pouvoir d’achat immobilier. En effet, malgré des taux d’intérêt toujours attractifs, la surface d’achat envisageable pour un budget déterminé est en recul. La cause : une hausse des prix du marché immobilier. Jusqu’alors, les taux bas ont permis d’atténuer la progression des prix du mètre carré. Mais en l’état actuel, leur pouvoir d’achat se voit de plus en plus impacté.

En début d’année, ces acheteurs étaient majoritaires sur le marché mais la tendance s’est inversée. Ils représentent actuellement 44 % des emprunteurs immobiliers en France. Les accédants à la propriété ne sont pas totalement exclus du marché, mais ils doivent revoir leurs prétentions à la baisse en faisant l’impasse sur une pièce supplémentaire. Cette situation s’accentue particulièrement dans les grandes agglomérations françaises où le marché se tend.

Emprunter sur 35 ans, une solution ?

Néanmoins, pour trouver un bien avec de grands espaces, les acheteurs devront se tourner vers les zones périphériques aux agglomérations voire s’installer à la campagne. Une solution existe tout de même pour celles et ceux qui souhaitent s’établir en ville : augmenter le capital emprunté. Cette solution peut être envisagée notamment en empruntant sur la durée. Pour certaines banques, la durée du crédit immobilier peut même courir jusqu’à 35 ans. L’endettement sur une longue durée à un coût total qui est à la fois impacté par le taux fixe du crédit mais également par le taux de l’assurance emprunteur.

L’effort budgétaire consenti se vérifie avec l’augmentation du capital moyen. Le mois dernier, les crédits à l’habitat portaient sur un capital moyen de près de 200 000 euros tandis qu’il était de 196 000 euros le mois précédent. Enfin, 8 ménages primo-accédants sur 10 réalisent un achat sur le marché de l’immobilier ancien.


Dernières actualités Immobilier
Pouvoir d’achat immobilier, une chute inexorable ? Pouvoir d’achat immobilier, une chute inexorable ? 24/04/2018 - Le nombre de mètre carré qu’il est possible d’acheter en fonction d’un capital...
Maison à 1 euro, comment ça marche ? Maison à 1 euro, comment ça marche ? 21/04/2018 - La ville de Roubaix met en vente plusieurs maisons pour un prix d’un euro. En retour,...
Prêt immobilier : les banques assouplissent leurs critères d’octroi Prêt immobilier : les banques assouplissent leurs critères d’octroi 20/04/2018 - Avec un taux moyen à 1,49 % en mars (hors assurance et garantie), contre 1,47 %...
Crédit pour senior : faut-il emprunter avant ou après la retraite ? Crédit pour senior : faut-il emprunter avant ou après la retraite ? 15/04/2018 - Représentant désormais plus de 20 % des emprunteurs, les profils séniors sont...
Crédit immobilier : les taux d’intérêt au beau fixe Crédit immobilier : les taux d’intérêt au beau fixe 14/04/2018 - En avril, les crédits immobiliers ont vu leur taux d’intérêt reculé pour des...