Le pouvoir d’achat immobilier en baisse en octobre

Le pouvoir d’achat immobilier en baisse en octobre

La hausse des prix efface l’attractivité des taux des prêts immobiliers dans les principales villes de l’Hexagone.

Des taux bas qui n’endiguent pas la hausse de l’immobilier

En cette fin d’année, les taux d’emprunt des crédits immobiliers affichent toujours une tendance à l’attractivité. Avec 1,56 % de taux d’intérêt moyen en septembre, les conditions de financement immobilier sont donc réellement attrayantes et cela pour toutes les durées d’emprunt.  Certes, 12 mois en arrière, cette moyenne flirtait avec les 1,35 %. Les taux sont remontés depuis cette date. Les spécialistes ont observé une hausse de 20 points de base au long du premier trimestre de l’année en cours. Depuis, c’est une certaine stabilité qui est observée. Durant l’été, la moyenne a même reculé.

La tendance pourrait donc être à la réalisation d’un achat immobilier, mais ce n’est pas le cas pour tous les profils emprunteurs. Car bien que les banques aient assoupli leurs conditions d’octroi d’un prêt à l’habitat, l’accès à la propriété demeure un parcours compliqué notamment pour les ménages les plus modestes.

Les prix à Paris restent élevés mais stables

La baisse des taux a participé à l’augmentation du pouvoir d’achat immobilier des Français. Mais cette embellie s’est révélée d’une courte durée notamment du fait de l’augmentation des prix de l’immobilier. La hausse des prix observée depuis plusieurs années a donc contrebalancé l’attractivité des taux. En conséquence, à capital emprunté équivalent, les acheteurs actuels doivent se rabattre vers des surfaces moins grandes ou des biens distants des zones tendues.

Selon les courtiers, la surface d’achat envisageable a baissé dans 13 des 20 plus grandes villes de l’Hexagone (pour 20 ans de crédit immobilier et 1000 euros de mensualité). Bordeaux, qui voit ses prix augmenter depuis l’arrivée du TGV (+12 %) n’échappe à cette tendance puisque la baisse du pouvoir d’achat représente 4 mètres carrés en moins. Mais Nîmes reste la ville où le recul est le plus important avec 5 m² en moins. Paris demeure toujours la moins abordable. Avec 1000 euros de mensualité pendant 240 échéances,  les acheteurs pourront, au mieux, s’offrir un bien de 23 mètres carrés dans la capitale.


Dernières actualités Immobilier
Dynamique de l’immobilier, l’Etat en profite aussi Dynamique de l’immobilier, l’Etat en profite aussi 20/08/2018 - L’Etat a récolté plus de 32 milliards d’euros en 2017 grâce aux recettes issues...
Le prélèvement à la source pourrait impacter la distribution du crédit immobilier Le prélèvement à la source pourrait impacter la distribution du crédit immobilier 17/08/2018 - A partir du 1er janvier 2019, l’impôt sur le revenu sera prélevé à la source....
Les taux d’intérêt immobiliers ont été divisés par 4 entre 2001 et 2018 Les taux d’intérêt immobiliers ont été divisés par 4 entre 2001 et 2018 16/08/2018 - Certes, les taux d’intérêt moyens des crédits immobiliers accordés aux particuliers...
Prêt immobilier : quelques astuces pour optimiser son apport personnel Prêt immobilier : quelques astuces pour optimiser son apport personnel 14/08/2018 - Certes, les conditions de crédit immobilier sont particulièrement attractives depuis...
Immobilier : où sont les villes les moins chères de France ? Immobilier : où sont les villes les moins chères de France ? 13/08/2018 - Les villes moyennes ne subissent pas de plein fouet la hausse de l’immobilier....