Pour éviter le crédit de trop, la Cour des comptes propose de ficher les emprunteurs

Pour éviter le crédit de trop, la Cour des comptes propose de ficher les emprunteurs

Pour lutter contre le surendettement, la Cour des comptes souhaite créer un registre des emprunteurs détenant plusieurs crédits à la consommation.

La lutte contre le surendettement,  une question qui date

Pour financer des biens de consommation, les clients français ont la possibilité de souscrire un crédit personnel. Avec la somme d’argent débloquée, ils sont ainsi en mesure de financer l’achat de meubles ou de services. Le crédit à la consommation permet donc d’acquérir un nouveau véhicule, de préparer un événement ou de planifier un voyage ou des travaux.

Mais un risque existe pour les consommateurs : cumuler plusieurs crédits. Au quotidien, une accumulation de prêts entraîne une augmentation du taux d’endettement d’un ménage. En effet, avec plusieurs mensualités à rembourser, son budget peut vite être entamé. Il peut donc être délicat de régler chaque mensualité. Contractuellement, les emprunteurs s’engagent à rembourser les sommes empruntées ainsi que les intérêts mais en cas de défaut de paiement, leur situation peut vite devenir délicate.

Depuis plusieurs années, l’idée d’inscrire les emprunteurs dans un fichier a fait son cheminement. L’idée d’un registre des emprunteurs permettrait d’infléchir le nombre de dossiers de surendettement. En 2014, la loi Hamon avait tenté d’introduire la création de ce fichier. Cependant, le Conseil constitutionnel avait censuré cette disposition en soulevant son atteinte à la vie privée des Français. A l’époque, 12 millions de personnes auraient été concernées par une inscription au registre.

Un fichier pour éviter l’accumulation des prêts à la consommation

La Cour des comptes a récemment livré les résultats de son enquête sur les politiques publiques d’inclusion bancaire. L’institution chargée de surveiller les comptes publics recommande de créer un fichier partagé. L’idée d’un registre fait donc son retour, il serait cette fois ci recentré sur la détention des crédits à la consommation multiples dont la gestion serait assurée par l’Observatoire de l’inclusion bancaire.

Une alternative pour éviter le « crédit de trop » est également proposée par la Cour des comptes : rendre obligatoire pour l’emprunteur la fourniture des 3 derniers relevés de comptes en banque. Le prêteur apprécierait ainsi de la capacité d’endettement du demandeur. Mais en pratique, une telle obligation serait compliquée à appliquer. Bien souvent, les crédits à la consommation sont contractés directement sur le lieu de vente. Hors tous les clients bancaires n’ont pas à disposition leurs relevés lorsqu’il s’agit de souscrire un crédit renouvelable en grande surface.

Enfin, afin d’éviter d’en arriver à une situation de surendettement, l’opération de regroupement de crédit donne la possibilité à un ménage emprunteur de réduire son taux d’endettement. A cette occasion, un nouveau projet peut également être inclus dans l’opération.


Sur le même sujet
No matching tags.
Dernières actualités Consommation
Budget : ce qui change en décembre 2019 Budget : ce qui change en décembre 2019 03/12/2019 - La fin d’année est annonciatrice de hausse en ce qui concerne les tarifs réglementés...
Black Friday immobilier : faut-il céder à la fièvre acheteuse ? Black Friday immobilier : faut-il céder à la fièvre acheteuse ? 29/11/2019 - Des promoteurs et des agents immobiliers annoncent des offres promotionnelles notamment...
Les dépôts de dossier de surendettement sont en recul en 2019 Les dépôts de dossier de surendettement sont en recul en 2019 21/11/2019 - Le surendettement semble se réduire en France pour la 7ème année consécutive,...
Impôts, immo, pouvoir d’achat … ce qui change au 1er novembre Impôts, immo, pouvoir d’achat … ce qui change au 1er novembre 31/10/2019 - Retour sur tous les éléments qui changent en novembre pour la population et son...
Consommation : ce qui change ce 1er octobre Consommation : ce qui change ce 1er octobre 01/10/2019 - Découvrez ce qui change à partir du 1er octobre 2019 en matière d’énergie et...