Politique monétaire de la BCE : vers une normalisation ?

Politique monétaire de la BCE : vers une normalisation ?

Comme l’avait promis son président, la BCE s’apprête à négocier, sans effrayer les investisseurs et le marché, la fin de sa politique monétaire non conventionnelle.

La BCE va baisser son rythme d’achats de titres

De la confiance retrouvée des consommateurs à la forte dynamique de crédit au secteur privé en passant par le retour de la croissance, la quasi-totalité des indicateurs ne laissent plus augurer de catastrophe économique ou financière imminente. Un contexte qui pourrait permettre à la Banque centrale Européenne de gérer la fin progressive de son programme d’assouplissement quantitatif (QE).

L’hypothèse d’une réduction considérable du rythme d’achats à 30 ou 20 milliards d’euros par mois semble tenir la corde chez la plupart des économistes. En d’autres termes, le programme d’achat de titres de la BCE pourrait passer de 60 à 30 ou 20 milliards d’euros par mois.

Cela montre clairement que la BCE compte normaliser sa politique monétaire commencée il y a deux ans et demi pour lutter contre la menace de déflation. Cependant, malgré cette volonté de normalisation, le conseil des gouverneurs des banques centrales a fait savoir qu’il conservera une politique suffisamment accommodante pour amener l’inflation vers le niveau très proche de 2 % que la BCE vise.

Vers la fin des politiques monétaires non-conventionnelles ?

Selon les observateurs, les banques centrales sont en train de tourner la page de la politique monétaire non-conventionnelle initiée après la crise financière de 2007-2008. Après bien des hésitations, elles optent finalement pour une extinction progressive des mesures exceptionnelles qui ont permis de maintenir sous perfusion l’économie mondiale.

La Réserve fédérale Américaine a commencé son mouvement haussier des taux directeurs et s’apprête désormais à baisser son bilan de plus de 4 000 milliards de dollars. Certes, la BCE n’en est pas encore à ce niveau, mais tout laisse à croire qu’elle emboîte le pas à la FED.

La Banque centrale d’Angleterre envisage aussi un durcissement de sa politique monétaire ultra-favorable aux banques Britanniques. De ce fait, il ne reste plus que la Banque centrale du Japon et la Banque de Suisse qui restent accommodantes avec des politiques exceptionnelles.

Ce retour progressif à la normale est en train de marquer la fin des politiques monétaires non-conventionnelles des grandes Banques centrales. Par ailleurs, force est aussi de constater que le marché et les investisseurs sont désormais près à la perspective du resserrement monétaire des Banques centrales puisqu’il n’y a pas eu, pour le moment, de réactions violentes des marchés.


Dernières actualités Banque
Après les Millenials, les familles sont les cibles des banques Après les Millenials, les familles sont les cibles des banques 20/10/2018 - Un service bancaire pour toute la famille. Voici la nouvelle offre proposée par un établissement bancaire. Pour fidéliser,...
Infographie : les fonds responsables prennent du galon Infographie : les fonds responsables prennent du galon 19/10/2018 - Depuis quelques années, le monde de la finance commence à faire ses premiers pas en direction d’investissements « ...
Quand les banques veulent profiter du boom de la LOA Quand les banques veulent profiter du boom de la LOA 18/10/2018 - Depuis quelques années, la LOA (location avec option d’achat) est devenue le principal mode de financement de véhicules...
Le paiement mobile ne décolle pas en France Le paiement mobile ne décolle pas en France 17/10/2018 - Alors que les transactions par le biais des mobiles sont destinées à un avenir radieux, les premiers chiffres révélés...
Quand la hausse de l’endettement privé inquiète la Banque de France Quand la hausse de l’endettement privé inquiète la Banque de France 16/10/2018 - Malgré la baisse du nombre de cas de surendettement, l’endettement privé a progressé de 5 % en France l’année dernière....