Marché immobilier, les professionnels sont optimistes

Marché immobilier, les professionnels sont optimistes

Le moral des professionnels de l’immobilier et du bâtiment est au beau fixe. Selon une récente étude, ils se montrent confiants dans l’avenir de leur secteur d’activités.

Près de 8 professionnels sur 10 sont confiants dans l’avenir

Bien évidemment les acheteurs ne sont les pas seuls à surveiller la tendance du marché immobilier. Les professionnels du secteur scrutent également les indicateurs afin d’anticiper les orientations du marché.

Afin de mieux saisir les tendances, un établissement de crédit a lancé, en 2015, un baromètre sur le moral des professionnels de l’immobilier. A raison de trois études menées chaque année, le pouls de la profession est donc régulièrement suivi.

La dernière étude en date indique que le moral des agents immobiliers, constructeurs et promoteurs est au beau fixe. En effet, pour les douze prochains mois, les différents corps de métiers font preuve d’optimisme pour 80 % d’entre eux. Il s’agit du plus haut niveau atteint depuis la création du baromètre.

Cette confiance dans le marché futur repose sur différents piliers. En première place, les sondés plébiscitent l’attractivité du marché. Viennent ensuite les différents dispositifs mis en place par le gouvernement afin de soutenir les particuliers dans leurs investissements à l’instar du dispositif Pinel en faveur des investisseurs locatifs.

Les acteurs du marché ressentent une certaine stabilité

Pour compléter le podium, les professionnels motivent leur confiance en s’appuyant sur les conditions de financement particulièrement attractives. En effet, bien que les taux d’intérêt suivent actuellement une tendance haussière, ils restent tout de même intéressants.

La hausse ressentie est très légère puisque pour le mois de mars, la moyenne des taux de crédit immobilier a retrouvé son niveau de juillet 2016, c’est-à-dire 1,51 %.

D’autre part, l’étude dresse un bilan sur les quatre derniers mois écoulés. Pour 87 % des professionnels sondés, le marché s’est soit amélioré (42 %) ou stabilisé (45 %). Fin 2016, l’amélioration était constatée par 50 % des sondés contre 36 % pour la stabilité.

A l’avenir, et en ce qui concerne l’immobilier neuf, les différentes professions planchent en majorité (53 %) pour une stabilité des prix et des transactions. Pour le marché de l’ancien, si la stabilité est également de rigueur (48 %), la part de ceux qui envisagent une hausse est toutefois plus élevée que lors du dernier baromètre.