Le livret A voit rouge pour la première fois de l’année

Le livret A voit rouge pour la première fois de l’année

D’après les statistiques diffusées par la Caisse des dépôts, le livret A a fait l’objet d’une balance négative pour le compte du mois de septembre. Une situation inédite en 2018 mais peu étonnante. L’épargne ayant une propension à subir des décollectes épisodiques chaque année.

Une décollecte expliquée par une tendance passagère

Le placement d’épargne favori de la population Française a connu sa première décollecte de l’année. L’encours du mois de septembre est catapulté dans le négatif. En effet, il s’est établi à moins 410 millions d’euros. Il en va de même pour le Livret de développement durable et solidaire (LDDS) qui décroche également. La perte est semblable à celle du livret A avec 410 millions d’euros.

Des résultats peu surprenants puisque les encours des livrets d’épargne liquides, ceux dont les liquidités sont disponibles dans l’immédiat, suivent une courbe des dépenses influencés par certains évènements annuels. Le mois de septembre étant celui consacré aux rentrées scolaires et aux paiements fiscaux, les ménages doivent faire face à des dépenses exceptionnellement plus élevées. Un besoin de financement qui ponctionne les différents produits d’épargne. Un constat qui risque de se répéter en décembre avec les fêtes de fin d’année.

Des taux de rémunération qui n’incitent pas à l’épargne liquide

La saisonnalité est un critère essentiel pour expliquer les fluctuations des encours des produits. Mais le contexte des taux bas actuel ne favorise pas la collecte. Les Français qui ont une appétence particulière pour faire fructifier leur épargne se tournent vers d’autres solutions. Avec ses 0,75%, le livret A ne satisfait pas les profils qui cherchent à dynamiser leurs placements. Une situation qui devrait perdurer encore quelques années puisque le gouvernement a annoncé ne pas vouloir modifier le taux actuel.

Par conséquent, des épargnants se dirigent vers des produits offrant une plus grande rémunération. C’est notamment le cas de l’assurance-vie qui bénéficie d’une popularité grandissante auprès des Français. Elle qui s’avère modulable en fonction du profil et des objectifs de l’épargnant. La rémunération suit une courbe graduelle avec le niveau de risque qui s’élève à mesure du dynamisme souhaité.

Mais là aussi, les taux rémunérateurs des fonds euros (obligations), moins risqués pour les liquidités positionnées, sont en chute libre au fil des années. De ce fait, il devient plus complexe d’obtenir un taux attrayant en passant par le marché obligataire. Le placement sur des actions devient alors une évidence, mais le risque en est que plus grand.


Dernières actualités Banque
Solutions de paiement : l’embarras du choix Solutions de paiement : l’embarras du choix 13/11/2018 - Pour régler leurs achats,  les consommateurs ont accès à un large éventail de services de paiement notamment grâce...
Vers de nouveaux moyens de sécurité pour les paiements en ligne Vers de nouveaux moyens de sécurité pour les paiements en ligne 09/11/2018 - La DSP2 demande aux e-commerçants de réviser leurs procédures de paiement en ligne. La commission attend plus de sécurité...
Infographie : les points essentiels de la directive européenne sur les services de paiement... Infographie : les points essentiels de la directive européenne sur les services de paiement 2 (DSP2) 08/11/2018 - La Commission Européenne s’est penchée une énième fois sur les services de paiement après un premier exercice en novembre...
Le crowdfunding immobilier a-t-il besoin d’être réglementé ? Le crowdfunding immobilier a-t-il besoin d’être réglementé ? 07/11/2018 - Face à un taux de défaut en progression,  une association de consommateurs réclament un véritable cadre juridique pour...
Les banques européennes à l’épreuve du « stress test » Les banques européennes à l’épreuve du « stress test » 06/11/2018 - L’autorité bancaire européenne (ABE) a lancé une opération d’envergure afin de mesurer la résistance financière...