Livret A, énergie … tout ce qui change au 1er février 2020

Livret A, énergie … tout ce qui change au 1er février 2020

Retour sur toutes les nouvelles mesures qui vont avoir une incidence sur le pouvoir d’achat des Français en février 2020.

Les taux d’intérêt du Livret A et du LDDS passent à 0,5%

C’est le sujet d’actualité brûlant du moment. Le gouvernement s’est décidé, après avis de la Banque de France, à valider officiellement la baisse du taux d’intérêt du Livret A qui s’affiche désormais à 0,5% depuis le 1er février contre 0,75% auparavant. C’est donc un recul de 0,25% du taux rémunérateur du livret d’épargne le plus populaire du territoire tricolore et pour une perte de pouvoir de pouvoir d’achat totale estimée à 1 milliard d’euros par an.

Ce nouveau taux est de plus nettement inférieur à l’inflation en 2019 sur un an mesurée à 1,1% par l’INSEE. C’est d’ailleurs pour cette raison que la rémunération du Livret A, et plus généralement de l’épargne réglementée, est qualifiée de négative car insuffisante pour compenser la hausse globale des prix des biens de consommation.

Le Livret d’épargne populaire, plus rémunérateur mais pourtant moins connu, ainsi que le Livret de développement durable et solidaire (LDDS) accompagnent également la chute du taux du Livret A. Le premier passe de 1,5% à 1% et le second de 0,75% à un taux identique à celui du livret préféré des Français. A noter qu’au contraire du Plan épargne logement (PEL) qui reste à 1%, le Compte épargne logement (CEL) tombe à 0,25%.

Les tarifs réglementés du gaz baissent de 3,3% pendant que ceux de l’électricité grimpent de 2,4%

Les ménages vont devoir absorber une hausse de 2,4% des tarifs réglementés de l’électricité. Sur une année entière, cette hausse devrait représenter un surcoût de 21 euros pour le budget des Français. La Commission de régulation de l’énergie (CRE) a déclaré que la relève des prix s’explique par une augmentation des dépenses de l’approvisionnement pour les fournisseurs d’énergie.

Les nouvelles pour les foyers qui ont recours au gaz sont au contraire plus réjouissantes. Les tarifs réglementés vont encore diminuer de 3,3% en février. Dans le détail, les tarifs du gaz utilisé pour chauffer les habitations se replient de 3,5%, contre -2% pour la cuisson et la production d’eau chaude et enfin -0,9% pour un usage uniquement destiné à la cuisson. Depuis plus d’un an, les 4 millions de foyers qui consomme cette énergie ont bénéficié d’une réduction cumulée de 14,7% des tarifs réglementés.