Immobilier : l’embellie va-t-elle continuer en 2017 ?

Au cours des premiers mois de l’année 2017, le marché immobilier a continué sur sa dynamique initiée en 2016. Cependant, la dynamique va-t-elle se poursuivre dans les prochains mois ?

Les acheteurs sont plus pressés de concrétiser leur projet immobilier

Malgré un climat d’incertitudes économiques, politiques et sociales, force est de constater que le marché de la pierre a le vent en poupe. La forte dynamique commencée en 2016 s’est poursuivie au premier trimestre de l’année 2017, malgré la hausse des prix et des taux d’emprunt.

Selon une récente étude, les acquéreurs de 2017 (les Français ayant un projet d’acquisition immobilière dans l’année) ont le sentiment de bénéficier des conditions très avantageuses de crédit immobilier et sont de plus en plus pressés pour concrétiser leur projet qu’ils ne l’étaient il y a un an.

Conséquence : les premiers mois de l’année 2017 sont marqués par une envolée des transactions immobilières. Certains réseaux d’agences constatent même une progression de plus de 15 % de volume de transactions par rapport à l’année dernière.

Malgré la hausse des prix et le durcissement des conditions de crédits pour certains profils emprunteurs, le marché de la pierre continue de battre des records de vente. De ce constat, l’embellie pourrait bien continuer dans les prochains mois. Toutefois, la prudence doit rester de mise, puisqu’un changement brutal de la législation pourrait perturber le dynamisme de ce marché.

Immobilier : pourquoi les prix s’envolent ?

Après plusieurs années de baisse quasi-continue, les prix immobiliers augmentent depuis le début de l’année. Selon certains observateurs, cela ne devrait pas s’arrêter dans les mois à venir. Cependant, pourquoi les prix de la pierre s’envolent-ils ?

Logiquement, si les prix du mètre carré augmentent, c’est bien entendu que la demande est plus importante que l’offre. Selon certains observateurs, la demande a progressé de plus de 20 % depuis le début de l’année, tandis que les offres ont baissé de 15 %. Conséquence : les prix s’envolent, puisque ce ne sont pas les propriétaires de plus en plus sollicités qui vont baisser leurs prix pour attirer les futurs acquéreurs.

Par ailleurs, le profil des acheteurs peut aussi expliquer cette tendance haussière des prix de l’immobilier. A savoir que sur les premiers mois de l’année, plus de la moitié des ventes sont réalisées par les ménages ou des investisseurs qui n’ont pas de bien à revendre. Près de 20 % sont investisseurs et plus de 40 % sont primo-accédants.

Autre facteur soutenant la hausse des prix de l’immobilier : l’attitude des établissements prêteurs. Malgré le durcissement des conditions d’octroi pour certains profils emprunteurs, les banques rivalisent d’imagination pour conquérir des nouveaux clients. Certaines banques proposent encore des conditions inédites. Si pour les acheteurs, cette attitude est une opportunité à ne pas rater, pour les vendeurs, l’occasion est trop belle pour réévaluer à la hausse les prix du mètre carré.