Google débarque sur le marché du paiement sur mobile

Google débarque sur le marché du paiement sur mobile

Entre les banques traditionnelles et les multiples fintechs, la bataille sur le marché des paiements sur mobile est vive. Et cela ne va pas s’atténuer avec la multiplication des « Gafa », expression qualifiant les quatre géants du web, qui entrent également sur ce marché.

Les « Gafa », ces géants qui tentent de changer les habitudes de consommation

La concurrence sur le marché des paiements n’a de cesse de s’accroître à mesure que le temps s’écoule. Notamment parce que l’Union Européenne s’est doté d’une nouvelle réglementation, nommée DSP2, qui a facilité l’accès au marché aux nouveaux entrants. L’objectif derrière cette initiative est clair : accentuer la concurrence pour encourager les différents acteurs à concevoir des services innovants et conserver leur compétitivité.

Et le paiement sur mobile fait partie intégrante de cette stratégie d’innovation. De plus en plus de fintechs proposent ce genre de service. Parmi elles, les néo-banques tiennent une place particulièrement importante dans le domaine du paiement. Mais elles ne sont pas les seules à montrer les crocs, puisque les géants du web tentent aussi à se frayer un chemin dans le but de diversifier au maximum leurs activités. Dernièrement, Google, appartenant aux fameux « Gafa »,a lancé son propre service de paiement sur mobile en France.

Une technologie à la popularité encore restreinte

Face à ces nouvelles introductions, les établissements bancaires n’ont d’autres choix que de réagir. Eux-mêmes détiennent des services de paiement sur mobile qui leur sont propres. Certaines des applications tiennent même leur origine sur un développement en commun entre les différents acteurs phares du marché bancaire. Une alliance parfois nécessaire pour contrer l’arrivée de ces nouveaux acteurs qui tente de bouleverser le marché du paiement.

Mais dans l’immédiat, la pratique des paiements depuis les smartphones demeure confidentiellement. Les consommateurs Français ne sont pas réceptifs à ce service et n’ont donc pas pour habitude de l’utiliser quotidiennement. Pourquoi ? Déjà parce que les fintechs doivent parvenir bien souvent à nouer des partenariats avec les banques traditionnelles. Souvent, les services proposés par les « Gafa » nécessitent en effet la mise en relation avec une carte bancaire d’un acteur bancaire.

En effet, les géants du web ne proposent pas de compte en banque, du moins pas encore. Une prérogative qui peut freiner la diffusion de la technologie. Malgré tout, il est indéniable que le service progresse à mesure que les années défilent, même si les transactions sur mobile ne représentent que 0,03% de la totalité du flux de transactions en France en 2017 d’après l’Observatoire des moyens de paiement. Nul doute que les géants de l’internet essayeront de tirer leur épingle du jeu pour renforcer leur position et s’approprier une part importante du marché.


Dernières actualités Banque
Banque privée : des dépôts de particuliers seront taxés Banque privée : des dépôts de particuliers seront taxés 18/09/2019 - A partir du 1er octobre, un établissement bancaire privé va taxer les dépôts de ses clients supérieurs à un million...
Les espèces ont toujours cours en 2019 Les espèces ont toujours cours en 2019 16/09/2019 - Les pièces et les billets ne sont pas prêts de disparaître, même si le portefeuille a de plus en plus tendance à se...
DSP 2 : l’application au 14 septembre repoussée DSP 2 : l’application au 14 septembre repoussée 13/09/2019 - L’authentification forte et l’Open Banking inclus dans la DSP2 qui devaient entrer en vigueur le 14 septembre 2019 sont...
Banque en ligne : quand l’ouverture de compte n’est pas si facile Banque en ligne : quand l’ouverture de compte n’est pas si facile 12/09/2019 - Ouvrir un compte auprès d’une banque en ligne peut parfois relever du parcours du combattant surtout pour les personnes...
Frais bancaires, un très léger recul en 2019 Frais bancaires, un très léger recul en 2019 10/09/2019 - Cette année, les banques ont limité les frais bancaires. Avec 1 % de moins, ces frais se hissent à 215 euros en moyen