Frais bancaires, comment les limiter ?

Frais bancaires, comment les limiter ?

Seulement 2 clients bancaires sur 10 sont en mesure d’indiquer le montant de leurs frais de banque. Une majorité est prête à changer d’établissement pour en limiter les coûts.

Les Français ne connaissent pas le montant de leurs frais de tenue de compte

En début d’année, un institut de sondage national révélait que les Français ne s’intéressaient pas tous aux montants de leurs frais bancaires. Seulement deux clients sur dix se sont montrés capables d’indiquer le montant exact. En pratique, chaque usager de banque a la possibilité de connaître les tarifs bancaires. Pour cela, il suffit de consulter la brochure des tarifs. En fonction de l’offre de services souscrite ainsi que des différentes options, il est donc tout à fait possible de connaitre les frais bancaires. En général, ces brochures sont disponibles dans les agences mais également dans les espaces en ligne.

Pour autant, les clients devront les consulter au moins une fois par an puisque les grilles tarifaires évoluent d’une année sur l’autre. L’étude indique également que près de 70 % des clients sont prêts à changer de banque à condition d’économiser au moins 150 euros chaque année. Ils représentent ainsi la cible privilégiée des banques en ligne puisque ces dernières proposent des offres défiant toutes concurrences. Deux enseignes particulièrement en vue sur internet communiquent le chiffre suivant : en moyenne, leurs clients, ont réglé une dizaine d’euros de frais en 2017.

Les offres des banques en ligne sont alléchantes

En tenant compte de la moyenne des frais en France, à savoir 194 €, la différence est nette et réelle. Pour autant, tous les usagers bancaires ne sont pas prêts à franchir le pas d’une banque sur internet. Bien que la nouvelle mobilité bancaire facilite les changements d’établissements, l’idée de domicilier ses revenus auprès d’un établissement dématérialisé freinent les plus récalcitrants. Si les offres de bienvenue des banques digitales attirent les clients, bien souvent le nouveau compte souscrit est utilisé en tant que compte secondaire. Les établissements sur internet ont l’avantage de proposer des cartes de paiements quasiment gratuites.

Détenir une seconde carte bancaire peut notamment servir pour régler des achats en ligne. Le consommateur ne dévoile pas ainsi les coordonnées bancaires liées à son compte principal. En cas de fraude, celle-ci pourra être limitée à hauteur des liquidités disponibles sur le compte en ligne. Entre les banques traditionnelles qui partent en quête d’un nouveau souffle sur internet et les banques en lignes qui doivent faire face à l’arrivée des néo-banques, la bataille commerciale ne fait que débuter et pourrait tourner à l’avantage des usagers avertis.


Dernières actualités Banque
Que deviennent les crédits en cours en cas de séparation ? Que deviennent les crédits en cours en cas de séparation ? 20/06/2018 - En obtenant un crédit immobilier à deux, les emprunteurs deviennent solidaires par l’établissement prêteur jusqu’au...
La BCE promet la patience avant de remonter ses taux La BCE promet la patience avant de remonter ses taux 19/06/2018 - Face aux incertitudes sur les marchés et sur la solidité de la croissance dans la zone euro, la Banque centrale Européenne...
Néo-banque étrangère, ça coince en France Néo-banque étrangère, ça coince en France 18/06/2018 - Utiliser une néo-banque allemande ou britannique en France n’est pas chose aisée. La nationalité du compte peut bloquer...
Une plateforme en ligne pour signaler les paiements frauduleux Une plateforme en ligne pour signaler les paiements frauduleux 10/06/2018 - Un nouveau service public en ligne vient d’être publié : Perceval. Ce formulaire permet aux victimes de vols de données...
Les Français et le livret A, une histoire qui dure depuis 200 ans Les Français et le livret A, une histoire qui dure depuis 200 ans 09/06/2018 - Le Livret A fête ses 200 ans. Cette épargne réglementée a connu des hauts et des bas, mais les épargnants continuent...