Crédit immobilier : quels sont les atouts face au banquier

Crédit immobilier : quels sont les atouts face au banquier

Les taux bas ont convaincu des milliers de Français d’investir dans la pierre. Mais face au banquier, comment obtenir des conditions de prêt avantageuses ?

La capacité d’endettement, un point déterminant

Avoir un projet d’acquisition immobilière ne suffit pas pour se lancer dans l’aventure de l’accession à la propriété. Car pour un monter un tel projet, outre la consultation des annonces immobilières, il faut notamment prêter attention aux conditions du futur financement. En effet, la capacité d’emprunt d’un ménage est l’un des éléments déterminant dans l’opération bancaire. Il s’agit d’un taux calculé en fonction des charges et des revenus. Ainsi, les conseillers bancaires veillent à ce que le rapport ne dépasse pas 33 %, c’est-à-dire un tiers des revenus.

Le contrat de travail à durée indéterminé (CDI) peut apparaitre comme une condition sine qua non d’un crédit immobilier. En pratique, il n’est pas obligatoire mais il est fortement recommandé. La stabilité professionnelle peut également être mise en avant grâce au statut d’agent public. Les profils de type fonctionnaire intéressent particulièrement les banques car ce statut procure une sécurité supplémentaire.

La stabilité professionnelle ne fait pas tout puisque les demandeurs d’emprunt doivent également justifier d’une bonne tenue de leurs comptes en banque. Si un découvert bancaire peut paraître comme un « accident » dans la gestion des finances, plusieurs découverts récurrents peuvent être synonymes  d’un dossier compliqué. Mieux vaut donc anticiper cela et présenter ensuite des relevés faisant état de finances saines.

Les atouts pour obtenir les meilleures conditions de prêt

Pour mettre les chances d’obtenir un crédit à l’habitat auprès d’un établissement bancaire, les demandeurs ont la possibilité d’y domicilier leurs revenus. La domiciliation n’est pas obligatoire mais elle peut faire l’objet d’une contrepartie (frais offerts, négociation du taux d’intérêt, exonération des pénalités de remboursement anticipé…). Dorénavant, cette contrepartie doit être clairement inscrite dans le contrat de prêt. En retour, les emprunteurs doivent respecter une domiciliation d’un délai minimal de 10 ans.

Enfin, un apport est un plus non négligeable. Car d’une part, il est synonyme d’une capacité à épargner et d’autre, il pourra couvrir les frais relatifs à l’achat d’un bien (émoluments du notaire, etc). A noter, qu’avec les taux bas actuels, les meilleurs profils chouchoutés par la banque ont, parfois, la possibilité de faire un crédit à 110 % c’est-à-dire sans apport. L’emprunt couvrira alors le montant de l’acquisition et les attenants à la vente.


Dernières actualités Banque
Les jeunes, nouveau cœur de cible des banques Les jeunes, nouveau cœur de cible des banques 12/08/2018 - Les banques se livrent une bataille commerciale pour séduire les jeunes. Entre néobanques et établissements classiques,...
Changer de banque : une démarche pas aussi simple que prévue Changer de banque : une démarche pas aussi simple que prévue 06/08/2018 - La mobilité bancaire version 2017 n’a pas bousculé le marché bancaire. Si le changement est facilité, peu de particuliers...
Banque : l’offre spécifique prochainement remaniée Banque : l’offre spécifique prochainement remaniée 05/08/2018 - Les profils les plus fragiles financièrement peuvent ouvrir un compte en banque grâce à l’offre spécifique. Pourtant...
Prélèvement à la source et capacité d’emprunt Prélèvement à la source et capacité d’emprunt 04/08/2018 - Le changement de mode de paiement de l’impôt sur le revenu aura-t-il un impact sur la capacité d’emprunt des ménages ?...
Bientôt la fin des banques privées ? Bientôt la fin des banques privées ? 03/08/2018 - Face à une réglementation de plus en plus stricte et à l’émergence des fintech plus accessibles et moins chères, les...