Crédit immobilier : des emprunteurs profitent des nouvelles conditions d’octroi

Crédit immobilier : des emprunteurs profitent des nouvelles conditions d’octroi

Les nouvelles conditions dictées par Bercy pour accéder au crédit immobilier débloquent le dossier de certains emprunteurs.

Les banques continuent d’être vigilantes dans l’octroi des emprunts immobiliers

Depuis fin 2019, les emprunteurs ont vu leur accès au crédit se durcir. En cause les recommandations du Haut conseil de stabilité financière qui demandait aux banques d’être davantage vigilantes dans l’octroi des prêts à l’habitat. Avec les limitations imposées, les conseillers financiers ont dû refuser certaines demandes. D’ailleurs, le nombre de dossiers a nettement augmenté au sortir du premier confinement. A noter que la crise sanitaire n’avait pas encore débuté en France lorsque le HCSF émettait ses recommandations.

En ce début d’année, les Français en passe de concrétiser une acquisition immobilière ont eu une bonne nouvelle. En effet, le HCSF a décidé de desserrer la vis sur les conditions d’octroi. Bercy relève ainsi le plafond du taux d’endettement maximal en passant de 33 % à 35 %. Les durées d’emprunt peuvent, elles, s’étendre sur 27 ans contre 25 ans depuis fin 2019. Certes, les nouveaux niveaux peuvent sembler toujours stricts, mais ils vont débloquer la situation pour certains demandeurs d’emprunts. Ces demandeurs qui avaient un dossier à la limite des exigences du HCSF, s’étaient vu refuser leur demande de prêt immobilier, même avec de hauts revenus et un reste-à-vivre conséquent.

Des dossiers refusés peuvent dorénavant être financés

Le nouvel ajustement des barèmes et les dérogations accordées aux banques ouvrent de nouvelles opportunités pour les emprunteurs. Concrètement, cela peut se traduire par une hausse du capital emprunté. Avec les anciens barèmes, le capital visé ne suffisait pas pour réaliser certaines acquisitions à moins de cibler un bien moins onéreux. Selon les profils, les barèmes 2021 leur permettent d’emprunter jusqu’à plusieurs dizaines de milliers d’euros en plus. Cela est donc loin d’être négligeable notamment dans les zones de marché tendu où les acheteurs se disputent le moindre mètre carré.

Avec le nouveau taux d’endettement maximal de 35 %, les particuliers peuvent rembourser une mensualité plus importante. En conséquence, les conditions du prêt évoluent favorablement pour les demandeurs.

Enfin, les taux d’intérêt des prêts immobiliers continuent d’afficher des niveaux très bas. Il s’agit d’une véritable opportunité pour financer un bien. Néanmoins, il faudra alors cocher toutes les cases du bon profil emprunteur, à commencer par une situation professionnelle stable. Ce qui n’est pas chose gagner pour tous dans la conjoncture actuelle.