Crédit : certains bénéficient encore des conditions alléchantes

Certes, les taux d’intérêt progressent depuis plusieurs mois, mais l’impact de cette tendance haussière n’est pas la même selon les emprunteurs et ce, quel que soit le projet de financement. Qui sont donc ces emprunteurs qui bénéficient encore des taux inédits ?

Crédit, rachat de prêt : les conditions restent avantageuses

Selon les résultats des dernières statistiques, les taux d’intérêt des crédits immobiliers ont encore légèrement progressé en avril. Sur une durée de 20 ans, la moyenne se situe entre 1,20 % et 1,60 % selon les baromètres et en fonction des profils emprunteurs. Des barèmes qui restent avantageuses, mais aussi stables par rapport aux chiffres de janvier 2017.

Toutefois, certains réseaux d’intermédiaires bancaires relèvent que certains profils emprunteurs bénéficient encore des taux d’emprunt très attractifs, jusqu’à 1,05 % sur 20 ans. En d’autres termes, les meilleurs profils emprunteurs peuvent obtenir entre 1,05 % et 1,60 % sur 20 ans.

A savoir qu’une grande majorité des banques et d’autres établissements prêteurs ont réalisé sur les trois premiers mois de l’année une production de crédit exceptionnelle et en avance sur leurs objectifs commerciaux. Malgré ces bons chiffres, la concurrence reste particulièrement forte entre les établissements prêteurs sur les meilleurs profils emprunteurs.

De ce fait, certains prêteurs ont accordé des réductions de taux particulièrement importantes pour capter les profils emprunteurs « haut de gamme ». Conséquences : les écarts de barèmes se sont considérablement creusés entre les différents profils emprunteurs, alors que les critères d’octroi n’ont pas tellement évolué depuis plusieurs mois.

Qui sont donc ces profils privilégiés par les banques ?

Qu’il s’agisse d’un prêt à l’habitat ou d’un regroupement de crédits immobiliers, la quasi-totalité des réseaux d’intermédiaires bancaires affirment que les établissements prêteurs ont tendance à privilégier certains profils emprunteurs. Il s’agit des demandeurs ayant des niveaux de revenus assez élevés.

A savoir que ce sont principalement, les revenus « réguliers » des emprunteurs qui constituent les ressources des banques. Cela permet aux prêteurs de dégager des revenus futurs dans la mise en place d’une relation commerciale sur le long terme. C’est dans cette configuration que le niveau des revenus est devenu l’un des principaux critères d’octroi.

Par ailleurs, ces profils emprunteurs chouchoutés par les banques et leurs intermédiaires restent globalement des couples en situation professionnelle stable (CDI, fonctionnaire, indépendant…) avec un salaire mensuel net de plus de 4 000 euros à deux.

De ce fait, quel que soit le projet de financement, ces « chouchous » des banques continuent à obtenir des conditions particulièrement attractives, voir inédites. Toutefois, les prêteurs restent prudents en ce début de second trimestre plein d’incertitudes. En d’autres termes, malgré des barèmes très attrayants pour certains profils emprunteurs, la hausse des taux pourrait s’accentuer dans les semaines et mois à venir et toucher tous les types de profils emprunteurs.