Changer de banque : un quart des Français l’envisage

Changer de banque : un quart des Français l’envisage

Selon une récente étude, 25 % des usagers bancaires sont prêts à changer d’établissement dans l’année. Les frais bancaires en sont la principale cause. Sans oublier les offres des nouveaux acteurs.

Les frais de banque, les nerfs de la bataille commerciale

L’univers bancaire est décidément au cœur de l’actualité économique et financière. Il ne se passe pas une journée sans qu’un nouveau service de gestion bancaire ou de paiement face son apparition sur le marché. Cette actualité permanente est notamment alimentée par de nouvelles sociétés extérieures aux banques actuelles : les Fintech.

Les start-up de la Technologie Financière n’en finissent plus d’innover. Une tendance qui s’est accentuée avec l’arrivée des banques en ligne et des néo-banques. Cette diversification de l’offre profite aux usagers bancaires qui voient fondre les montants des frais de tenue de compte, en particulier auprès des banques sur internet.

Plus simple et plus rapide à utiliser, les établissements 2.0 intéressent les Français. Selon une récente étude menée par un cabinet de conseil, 25 % des clients interrogés se déclarent prêt à changer de banque dans les 12 mois suivants. Les clients des banques traditionnelles sont plus enclins au changement.

Les GAFA arrivent sur le marché

La tendance est beaucoup moindre auprès de la clientèle des banques en ligne. Pour dresser ce constat, un indicateur a été créé pour mesurer la satisfaction des clients. Les banques en ligne décrochent ainsi des scores supérieurs à 40 tandis que les établissements traditionnels passent dans le négatif avec une moyenne à -10. Une seule banque classique se hisse dans le positif avec un scoring de 16. Les frais bancaires sont les principaux éléments mis en cause par les clients. Ainsi, plus d’un Français sur deux (63 %) affirme que l’augmentation des frais peut le pousser à changer de banque.

Enfin, les services financiers des GAFA ont également tendance à attirer les usagers de banques. Ils sont ainsi plus d’un quart à rester ouverts aux solutions proposées par Google, Apple, Facebook ou Amazon. Chez les Anglo-saxons, la confiance dans les Gafa est même plus importante par rapport aux acteurs traditionnels. La bataille commerciale des produits bancaires n’est donc pas prête de se conclure.


Dernières actualités Banque
Infographie : les fonds responsables prennent du galon Infographie : les fonds responsables prennent du galon 19/10/2018 - Depuis quelques années, le monde de la finance commence à faire ses premiers pas en direction d’investissements « ...
Quand les banques veulent profiter du boom de la LOA Quand les banques veulent profiter du boom de la LOA 18/10/2018 - Depuis quelques années, la LOA (location avec option d’achat) est devenue le principal mode de financement de véhicules...
Le paiement mobile ne décolle pas en France Le paiement mobile ne décolle pas en France 17/10/2018 - Alors que les transactions par le biais des mobiles sont destinées à un avenir radieux, les premiers chiffres révélés...
Quand la hausse de l’endettement privé inquiète la Banque de France Quand la hausse de l’endettement privé inquiète la Banque de France 16/10/2018 - Malgré la baisse du nombre de cas de surendettement, l’endettement privé a progressé de 5 % en France l’année dernière....
Carte bancaire : les paiements à l’aide de l’empreinte digitale débarquent prochaine Carte bancaire : les paiements à l’aide de l’empreinte digitale débarquent prochainement 11/10/2018 - La validation des paiements sans contact par carte bancaire via l’empreinte des utilisateurs va entrer bientôt en test....