Bientôt la fin des banques privées ?

Bientôt la fin des banques privées ?

Face à une réglementation de plus en plus stricte et à l’émergence des fintech plus accessibles et moins chères, les banques privées vont devoir se réinventer pour faire face à la révolution et redevenir compétitives.

La gestion privée impactée par la révolution réglementaire

Souvent résumée sous l’expression « gestion de fortune », la banque privée est un établissement spécialisé qui propose une gestion personnalisée aux particuliers et aux entrepreneurs qui détiennent des avoirs financiers importants. Elle peut être indépendante ou adossée à un groupe bancaire. Souvent associée à l’image d’un coffre-fort, la banque privée a accumulé de sérieux retards et d’importantes fragilités.

L’une des principales révolutions auxquelles, les banques privées font face aujourd’hui concerne la réglementation avec l’entrée en vigueur depuis novembre 2017 de la directive MIF (marchés des instruments financiers) qui a imposé l’ouverture du marché et mis un terme aux rétrocessions que touchaient les banques privées en faisant investir leurs clients fortunés dans des fonds externes (fonds d’autres sociétés de gestion).

Cette nouvelle disposition a contraint les établissements privés à augmenter leurs tarifs afin de faire face à la diminution de leurs revenus. Les banques privées ont aussi été contraintes d’abandonner progressivement la distribution des fonds externes et investir leurs prospects dans leurs propres fonds.

L’entrée en vigueur de la MIF 2 impose également aux banques privées d’envoyer en fin d’année à chaque client un récapitulatif des frais qui leur auront été prélevés au cours de l’année écoulée. Cette transparence pourrait faire fuir de nombreux clients au profit de nouveaux acteurs moins chers et plus accessibles.

Les fintech pourraient faire disparaître les banques privées traditionnelles

L’émergence des fintech est sans doute le plus gros défi à relever pour les banques privées traditionnelles. Avec une simplicité d’utilisation, une personnalisation maximale ou encore des faibles coûts de gestion, ces établissements bancaires 2.0 bénéficient d’atouts majeurs face aux banques privées traditionnelles.

En plus de ces atouts, les fintech proposent également des placements ultra personnalisés en prenant en compte l’environnement ainsi que les projets personnels des clients. Au lieu de pousser les investisseurs vers des placements aux frais élevés, les Fintech privilégient les marchés financiers sur toutes les classes d’actifs et toutes les zones géographiques aux frais très faibles.

Même pour les prestations particulières comme le conseil juridique, l’accès au crédit ou encore l’immobilier, les fintech sont en mesure de proposer des services personnalisés grâce à des réseaux d’expert comme des avocats ou des intermédiaires bancaires avec une tarification juste et appropriée pour chaque besoin.


Dernières actualités Banque
Banque classique et banque en ligne : le match des cartes de paiement Banque classique et banque en ligne : le match des cartes de paiement 12/06/2019 - En proposant des cartes Gold ou Premier, les banques en lignes offrent-elles les mêmes services que les banques physiqu
Epargne solidaire : l’encours en progression en 2018 Epargne solidaire : l’encours en progression en 2018 03/06/2019 - L’épargne à vocation solidaire a vu son encours progresser l’année dernière. Ce type de produit permet de donner...
Des néo-banques se font taper sur les doigts Des néo-banques se font taper sur les doigts 29/05/2019 - Les banques mobiles sont faciles d’accès pour les usagers connectés. Mais à vouloir faire trop simple, la sécurité...
Les billets de 100 et 200 euros font peau neuve Les billets de 100 et  200 euros font peau neuve 28/05/2019 - Les coupures de 100 et 200 euros embarquent de nouvelles technologies pour contrecarrer les plans des faussaires.
Le livret d’épargne le plus apprécié des Français poursuit son euphorie en 2019 Le livret d’épargne le plus apprécié des Français poursuit son euphorie en 2019 23/05/2019 - Malgré un taux figé à 0,75% depuis 2015, les épargnants ont placé beaucoup de liquidité sur le livret A avec plus de...