La BCE promet la patience avant de remonter ses taux

La BCE promet la patience avant de remonter ses taux

Face aux incertitudes sur les marchés et sur la solidité de la croissance dans la zone euro, la Banque centrale Européenne promet d’être patiente avant de décider d’une potentielle hausse de ses principaux taux et du resserrement de la politique monétaire.

La BCE vise un taux d’inflation légèrement inférieur à 2 % par an

La Banque centrale Européenne a récemment revu à la hausse sa prévision d’inflation pour la zone Euro en 2018. Pour rappel, l’institution avait fixé pour objectif une progression des prix légèrement inférieure à 2 % en rythme annuel. Face aux incertitudes, elle prévoit désormais une inflation de 1,7 % cette année, puis l’année prochaine et en 2020.

De ce fait, force est de constater que malgré une politique monétaire ultra-accommodante conjuguant un taux directeur historiquement bas et programme de rachat de dettes publiques et privées (assouplissement quantitatif) de plus de 2 500 milliards d’euros, l’institution de Francfort n’a pas atteint cet objectif depuis 2013.

Toutefois, si la BCE prévoit que le taux d’inflation de la zone Euro se rapprochera de son objectif d’ici 2020, les gouverneurs des banques centrales estiment que de nombreuses incertitudes pèsent encore sur les perspectives d’évolution des prix dans la zone Euro. C’est dans ce contexte que le président de la BCE, Mario Draghi, a annoncé que son institution adoptera une approche patiente et graduelle lors de la remontée de ses taux d’intérêt pour accompagner la reprise de l’inflation dans la zone Euro.

La BCE prend en compte les facteurs structurels échappant à son contrôle

La banque centrale Européenne prend désormais en compte certains facteurs structurels et même conjoncturels qui échappent à son contrôle. Il s’agit entre autres de la menace d’un protectionnisme mondial accru, de la hausse des cours du pétrole ou encore la volatilité persistante et élevée sur les marchés financiers…

De ce fait, même s’il est à noter que les salaires sont orientés à la hausse en zone Euro, il faut savoir que cela ne se traduit pas mécaniquement par une accélération du taux d’inflation. Ce contexte peut même remettre en cause le lien traditionnel entre les salaires et l’évolution des prix.

Par ailleurs, avec les récents discours des gouverneurs des banques centrales, les marchés monétaires anticipent déjà une première hausse des taux de dépôt de la BCE pour septembre 2019. Actuellement, ce taux est négatif a -0,4 %.

Quant aux autres taux directeurs de la BCE, certains observateurs annoncent qu’ils resteront à leur niveau actuel au moins jusqu’à la fin de l’été 2019.


Dernières actualités Banque
Banque : une transformation des distributeurs de billets ? Banque : une transformation des distributeurs de billets ? 20/01/2019 - Les distributeurs automatiques de billets de banque (DAB) pourraient à l’avenir introduire une batterie de nouveaux s
RAFB et FGDR, pourquoi reçoit-on ces documents ? RAFB et FGDR, pourquoi reçoit-on ces documents ? 13/01/2019 - Les établissements bancaires envoient actuellement différents documents pour informer leurs clients. Il s’agit de connaître...
Un éclairage sur le plafonnement des frais bancaires pour certains clients Un éclairage sur le plafonnement des frais bancaires pour certains clients 08/01/2019 - La Fédération bancaire française vient d’indiquer la date de mise en place du plafonnement des frais d’incidence,...
La CLCV s’alarme du taux du livret A après la remontée de l’inflation La CLCV s’alarme du taux du livret A après la remontée de l’inflation 04/01/2019 - Entre un gel du taux à 0,75% et la mise en place prochaine d’un mode de calcul plutôt défavorable, le livret A est dans...
De moins en moins d’agences bancaires en France De moins en moins d’agences bancaires en France 02/01/2019 - Une récente étude de la Banque Centrale Européenne (BCE) soulève les multiples fermetures d’agences bancaires constatées...