La BCE a procédé à sa dernière opération de taux négatifs

233 milliards d’euros, c’est le montant total des prêts à long terme à intérêt nul, voire négatif que la BCE vient d’accorder aux banques Européennes. Il s’agit de la toute dernière opération de taux négatif aux établissements bancaires de la zone Euro.

Les banques se sont ruées sur les derniers taux négatifs

Le jeudi 23 mars 2017, la Banque Centrale Européenne a procédé à sa dernière opération des prêts longue durée (sur 4 ans) accordés aux établissements bancaires de la zone Euro à intérêt nul ou négatif dans le cadre de son programme TLTRO (targeted longer-term refinancing operations, opérations de refinancement à plus long terme ciblées en Français).

Cette dernière opération a été marquée par un afflux inédit des banques de la zone Euro vers cet emprunt. L’institution de Francfort a constaté plus de demandes que prévu à ses guichets. Au total, 474 banques ont sollicité des crédits pour 4 ans à taux d’intérêt nul pour celles qui ne remplissent pas leurs engagements en termes d’emprunts et jusqu’à -0,4 % pour celles qui respectent leurs engagements.

Pour rappel, ces prêts à taux négatif signifient que la BCE va rémunérer ces établissements bancaires pour qu’ils réinjectent les liquidités empruntées dans l’économie de la zone Euro. Les établissements bancaires ont ainsi emprunté 233,5 milliards d’euros pour cette dernière opération, une somme deux fois plus importante que prévu par la banque centrale Européenne.

BCE : vers une hausse du taux de dépôt ?

Les mesures non-conventionnelles de la banque centrale Européenne semblent dynamiser l’économie de la zone Euro. Partout dans le Vieux continent, les signes d’une reprise et d’une accélération de l’inflation se multiplient. Cela pourrait amener l’institution de Francfort à revoir sa politique actuelle et donc à envisager une hausse de ses principaux taux directeurs dont son taux de dépôt (actuellement à -0,4 %).

Pour rappel, le taux de dépôt est celui auquel les banques et d’autres établissements bancaires confient leurs excès de liquidité à la banque centrale Européenne.

Sur les marchés financiers, les grands spécialistes estiment que la BCE pourrait commencer à augmenter ses taux directeurs avant la fin du programme QE (rachat d’actifs) prévue fin 2017. Le sujet aurait même été évoqué pendant la dernière réunion de politique monétaire de l’institution du 9 mars 2017.

En fait, même si le relèvement des taux directeurs n’est pas imminent, les perspectives de croissance et la hausse de l’inflation pourraient pousser la BCE à augmenter son taux de dépôt.