La BCE pourrait-elle changer sa politique de rachat de dettes dès l’automne ?

La BCE pourrait-elle changer sa politique de rachat de dettes dès l’automne ?

Si la politique monétaire non conventionnelle menée par la BCE au cours de ces dernières années a été une réussite, de nombreux économistes s’attendent désormais à des annonces de changements dès l’automne. Qu’en est-il réellement ?

Rachat de dettes : la BCE va annoncer son intention de changement de politique

Malgré le maintien de son programme d’achat de dettes jusqu’en décembre 2017 afin de soutenir l’inflation et la croissance au sein de la zone Euro, il est fort probable que la Banque centrale Européenne (BCE) annonce dès l’automne son intention de modifier son programme dit d’assouplissement quantitatif (quantitative easing, QE).

En fait, lors de sa dernière réunion, l’institution de Francfort a évoqué l’automne comme la période durant laquelle elle va se décider sur son programme de rachat de dettes jugée non-conventionnel. Pour certains économistes, cela signifie que le conseil des gouverneurs de l’institution dévoilera dans les semaines à venir (septembre ou octobre) ses intentions et sa stratégie au-delà de l’année 2017.

D’autres sources bien informées et ayant assisté au dernier conseil de la BCE déclarent que les responsables de l’institution considéreraient les rendez-vous de septembre ou d’octobre sont les plus probables pour une annonce sur une potentielle modification ou suspension de ce programme. Toutefois, certains pronostics s’échelonnent entre décembre 2017 et la fin du premier trimestre 2018. Affaire à suivre.

Pourquoi la BCE pourrait changer son programme de rachat de dettes ?

Si rien n’est encore officiel pour le moment, tout laisse à croire que la BCE va changer ou suspendre complètement son programme d’assouplissement quantitatif de 60 milliards d’euros par mois. Les anticipations d’une telle inflexion s’appuient principalement sur l’amélioration de la situation économique dans la quasi-totalité des pays de la zone Euro.

Les observateurs prévoient désormais une croissance de plus de 2 % du PIB de la zone Euro cette année. Néanmoins, l’inflation reste encore faible à 1,3 % sur un an selon les dernières estimations et elle ne semble pas devoir s’accélérer dans les mois à venir. Un niveau très loin des objectifs de 2 % de la BCE.

Par ailleurs, cette faiblesse persistante de l’inflation ne devrait pas empêcher le conseil des gouverneurs de la Banque centrale Européenne d’infléchir sa politique monétaire ultra-favorable à la croissance et à la reprise dans la zone Euro qui a eu pour effet de baisser les taux d’intérêt des crédits accordés aux ménages et aux professionnels ou encore d’assouplir les conditions d’octroi des crédits.

Arrêt ou suspension de la politique « QE » : quelle conséquence pour la France ?

Mise en place en 2015, la politique d’assouplissement quantitatif « QE » de la Banque centrale Européenne a connu des effets très importants sur les taux longs des Etats membres de la zone Euro au point de les réduire considérablement. La France a même pu financer sa dette aux taux de 0,46 % au cours de l’année 2016. C’était inédit. Cependant, quelles pourraient être les conséquences pour l’Hexagone si à l’automne, la BCE décide d’abandonner cette politique non-conventionnelle ?

Sur la base de ce scénario, le taux des obligations assimilables des pays de la zone Euro, ainsi que de la France pendrait une courbe ascendante. De ce fait, les conséquences de l’arrêt ou de la suspension du programme « QE » par la BCE pour la France dépendraient principalement de plusieurs paramètres qui sont entre autres : le niveau auquel les OAT 10 ans de l’hexagone se stabiliserait, les d’emprunt d’Etat à court et à long terme sera-t-il soutenable pour la France ?

Dans tous les cas, la hausse des OAT 10 ans favoriserait la hausse des taux d’intérêt des crédits proposés aux particuliers et aux professionnels et le durcissement des critères d’octroi des financements. Toutefois, les autorités pourraient toujours prendre des réformes locales pour y faire face.


Dernières actualités Législation
Impôt sur le revenu 2018, dernier délai le 23 septembre Impôt sur le revenu 2018, dernier délai le 23 septembre 19/09/2019 - Le règlement de l’impôt sur les revenus exceptionnels de 2018 est réalisable...
Calendrier des impôts 2019-2020 : les dates des prochaines échéances fiscales en infogr Calendrier des impôts 2019-2020 : les dates des prochaines échéances fiscales en infographie 30/08/2019 - Retour sur les prochains événements fiscaux à retenir pour les Français avec...
Impôts : la correction de déclaration est ouverte Impôts : la correction de déclaration est ouverte 20/08/2019 - En cas d’erreur sur l’avis d’imposition, il est possible de corriger sa déclaration...
La recherche d’amiante va faire augmenter les budgets travaux La recherche d’amiante va faire augmenter les budgets travaux 08/08/2019 - Un décret d’application implique désormais les propriétaires à faire un repérage...
Baisse de l’impôt sur le revenu, êtes-vous concernés ? Baisse de l’impôt sur le revenu, êtes-vous concernés ? 19/07/2019 - Bercy met à disposition des Français, un outil de simulation en ligne de la baisse...