Banque : les frais de succession ont progressé de 21 % en 5 ans

Banque : les frais de succession ont progressé de 21 % en 5 ans

Selon les résultats d’une récente étude, les frais de succession facturés par les établissements bancaires ont grimpé de plus de 20 % en seulement 5 ans. C’est 8 fois plus que le taux d’inflation sur la même période.

Pourquoi les banques facturent les frais de succession ?

La perte d’un être cher est toujours compliquée par de multiples formalités administratives qui viennent souvent alourdir la peine éprouvée par les proches. Quand vient le moment de traiter les comptes bancaires de la personne défunte, des frais de succession sont prélevés avant de recevoir l’héritage.

A savoir qu’une banque est une entreprise qui applique une facturation pour un service demandé. De ce fait, elle applique une tarification pour clôturer les comptes d’une personne décédée et se mettre en relation avec le notaire pour lui informer de tous les comptes bancaires que le défunt avait en sa possession.

En d’autres termes, la banque facture la fermeture des comptes et livrets d’une personne décédée, via son service de succession, et verse la somme totale au notaire afin que ce dernier puisse distribuer les fonds aux héritiers suivant la volonté du défunt et les dispositions de la loi.

Par ailleurs, il faut savoir que les fonds détenus en assurance-vie sont versés uniquement par l’établissement bancaire détenteur et non par le notaire. A savoir aussi que les frais de succession varient d’un établissement bancaire à un autre.

Les frais de succession sont en forte progression

Les frais de succession que facturent les établissements bancaires au moment du décès d’un client sont de plus en plus élevés pour les héritiers. Une récente étude montre que ces tarifications ont progressé de 21 % en moyenne en 5 ans alors que le taux d’inflation n’a progressé de 2,5 % sur la même période.

Toutefois, cette forte hausse est à relativiser puisque les banques n’adoptent pas toutes les mêmes stratégies ni les mêmes approches. L’étude montre que la moitié a augmenté les tarifs de moins de 10 % en 5 ans, tandis que l’autre moitié a creusé ses frais de succession. En fait, certains banques ont augmenté leurs tarifs de succession jusqu’à 275 % ces 5 dernières années.

Toujours selon cette étude, les frais de succession s’étalent de 150 euros à 525 euros. Pour les cas de succession plus importante, les héritiers paient 700 euros en moyenne, mais certaines banques peuvent réclamer jusqu’à 2 000 euros.

A savoir que ces frais peuvent s’alourdir dès que la succession se complique. Ils peuvent être allégés également si le défunt et ses héritiers avaient un compte dans le même établissement bancaire ou encore si l’héritier détient un compte dans une des filiales de la banque du défunt.


Dernières actualités Banque
Solutions de paiement : l’embarras du choix Solutions de paiement : l’embarras du choix 13/11/2018 - Pour régler leurs achats,  les consommateurs ont accès à un large éventail de services de paiement notamment grâce...
Vers de nouveaux moyens de sécurité pour les paiements en ligne Vers de nouveaux moyens de sécurité pour les paiements en ligne 09/11/2018 - La DSP2 demande aux e-commerçants de réviser leurs procédures de paiement en ligne. La commission attend plus de sécurité...
Infographie : les points essentiels de la directive européenne sur les services de paiement... Infographie : les points essentiels de la directive européenne sur les services de paiement 2 (DSP2) 08/11/2018 - La Commission Européenne s’est penchée une énième fois sur les services de paiement après un premier exercice en novembre...
Le crowdfunding immobilier a-t-il besoin d’être réglementé ? Le crowdfunding immobilier a-t-il besoin d’être réglementé ? 07/11/2018 - Face à un taux de défaut en progression,  une association de consommateurs réclament un véritable cadre juridique pour...
Les banques européennes à l’épreuve du « stress test » Les banques européennes à l’épreuve du « stress test » 06/11/2018 - L’autorité bancaire européenne (ABE) a lancé une opération d’envergure afin de mesurer la résistance financière...