Baisse des taux, vers un statu quo en cette fin d’année ?

Baisse des taux, vers un statu quo en cette fin d’année ?

Les taux d’intérêt vont-ils continuer de baisser ou bien les objectifs annuels des banques auront-ils raison d’eux ? Une banque a décidé de remonter ses taux pour les emprunts de très longue durée.

Le plancher record est-il atteint ?

Les taux bas des crédits immobiliers vont-ils continuer de suivre une courbe descendante en cette fin d’année ? Si jusqu’alors la question ne se posait pas du fait de la politique monétaire européenne qui incite les banques à prêter aux particuliers, les dernières décisions de certaines d’entre elles méritent de s’y attarder. D’emblée, les taux bas sont une bonne nouvelle pour les particuliers. En effet, avec 1,17 % de taux moyen, les crédits immobiliers n’ont jamais coûté aussi peu cher.

Mais, parce qu’il y un mais, cette situation va-t-elle perdurait ? A priori oui, car la BCE n’a pas prévu de remonter ses taux directeurs au moins avant la moitié de l’année 2020. Actuellement, les Etats empruntent à des taux négatifs ce qui permet aux banques commerciales de se refinancer à des conditions attractives. Les particuliers qui sollicitent un crédit immobilier auprès de ces dernières profitent ainsi d’un contrat avec un taux défiant toute concurrence. Au final, le coût global hors assurance d’un crédit immobilier est plus intéressant aujourd’hui par rapport à l’année 2016. Pour les banques, les intérêts collectés sont également moindres. En conséquence, c’est leur rentabilité qui est impactée.

Des emprunts sur 25 ans voient leur taux grimper

De plus, afin de recruter des clients avec un profil qualifié de premium, les banques n’ont pas hésité à se livrer à une guerre commerciale dont les emprunteurs ont été les principaux profiteurs. Pourtant, la fin de partie semble sifflée du moins pour une banque qui a décidé de remonter ses taux. Cette augmentation concerne les crédits à l’habitat d’une durée de 25 ans et octroyés à des profils dits standards pour qui ce taux fixe est passé de 1,65 % à 2,70 %. Cela correspond donc à une hausse considérable pour cette typologie d’emprunteur. Les autres profils, eux, ne sont pas concernés par cette hausse. Au contraire, les emprunteurs avec de très bons dossiers continuent de décrocher des financements à taux canons.

A noter également qu’avec la fin d’année approchant, certains établissements vont atteindre leurs objectifs commerciaux. Il ne sera pas donc surprenant de les voir refuser des dossiers ou bien remettre ces financements à 2020 afin de débuter l’année du bon pied. Un courtier en crédit immobilier dresse ce constat auprès d’un établissement qui semble avoir décidé de refuser les demandes de prêts provenant d’apporteurs d’affaires. La généralisation d’un rebond des taux n’est donc pas à l’ordre du jour mais la fin d’année pourrait quelque peu marquer le pas.