Assurance de prêt : les Français boudent-ils la résiliation annuelle ?

Assurance de prêt : les Français boudent-ils la résiliation annuelle ?

La part de délégation d’assurance n’a pas évolué entre 2016 et 2017, l’année d’entrée en vigueur de la résiliation annuelle. En sera-t-il de même pour 2018 ?

Une mesure qui profite aux emprunteurs immobiliers

La résiliation annuelle de l’assurance de prêt était espérée par les emprunteurs Français. Pourtant en vigueur depuis le début de l’année, le marché ne semble pas particulièrement bousculé.
Pour rappel, la résiliation annuelle de l’assurance de prêt vient compléter les lois Lagarde et Hamon. La première introduisait la possibilité de choisir une assurance de prêt différente de celle proposée par la banque lors de l’édition du contrat de crédit immobilier.

En 2014, la loi Hamon a continué dans ce sens en introduisant une période d’un an durant laquelle les emprunteurs peuvent encore changer leur contrat d’assurance de prêt. Au-delà de ces 12 mois après la signature du prêt, les clients étaient donc liés de manière contractuelle avec leur assurance de groupe si la délégation n’avait pas été effectuée auparavant.

En février 2017, la résiliation annuelle s’est appliquée à tous les nouveaux contrats émis. Ainsi, au-delà du délai de 12 mois, il est dorénavant possible de changer d’assurance à chaque date d’anniversaire du contrat. Pour un couple jeune est en bonne santé, un tel changement peut être significatif d’une baisse réelle du coût total de l’assurance.

85 % des contrats restent en assurance de groupe

Mais pour les contrats émis avant février 2017, il a fallu attendre le 12 janvier dernier pour que la résiliation s’applique de manière rétroactive à l’ensemble des contrats d’assurance. Si cette mesure n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd et a pu profiter à certains emprunteurs immobiliers, tous ne se sont pas précipités chez leur banquier pour réaliser de belles économies. Est-ce par manque d’information ? Par flegme ? Ou par manque de temps ?

En tout cas, la Fédération française de l’assurance ne constate pas la création d’une bulle sur le marché suite à l’introduction de la résiliation annuelle. L’année dernière, la part de contrats souscrits en délégation est restée dans la même proportion qu’en 2016 à savoir 15 %. Il faudra donc attendre que l’année 2018 s’achève pour tirer des conclusions du succès, ou non, de la résiliation annuelle.

Enfin, il faut noter que plus le changement d’assurance intervient tôt, plus l’économie totale sera intéressante pour les emprunteurs.


Dernières actualités Assurance
Assurance emprunteur : vers une augmentation des mensualités ? Assurance emprunteur : vers une augmentation des mensualités ? 21/09/2018 - Le ministère des Finances envisage de taxer l’ensemble des garanties d’un contrat...
Assurance de prêt : les Français boudent-ils la résiliation annuelle ? Assurance de prêt : les Français boudent-ils la résiliation annuelle ? 23/08/2018 - La part de délégation d’assurance n’a pas évolué entre 2016 et 2017, l’année...
Changement d’assurance, peu d’engouement pour la résiliation Changement d’assurance, peu d’engouement pour la résiliation 15/08/2018 - La résiliation annuelle adoptée en 2017 devait permettre à des milliers d’emprunteurs...
Assurance emprunteur : les Français n’hésitent plus à faire jouer la concurrence Assurance emprunteur : les Français n’hésitent plus à faire jouer la concurrence 09/08/2018 - Favorisée par l’amendement Bourquin, la délégation d’assurance emprunteur...
Assurance de prêt immobilier : 4 critères pour comparer les offres Assurance de prêt immobilier : 4 critères pour comparer les offres 28/07/2018 - Pour couvrir un crédit immobilier, la banque impose la souscription d’une assurance...