Annonces immobilières, les agences ne jouent pas toutes le jeu

Annonces immobilières, les agences ne jouent pas toutes le jeu

La répression des fraudes a constaté des manquements en termes de transparence de la part des agences immobilières.

Les professionnels de l’immobilier testés par la répression des fraudes

Le marché immobilier se porte plutôt bien actuellement. Les taux attractifs des crédits immobiliers encourage les Français dans leur décision d’achat et profite ainsi d’une augmentation de leur pouvoir d’achat immobilier. Mais dans les principales agglomérations de l’Hexagone, les profils d’emprunteurs les plus fragiles se voient écartés du marché. En effet, les prix des surfaces immobilières ont tendance grimpé dans les zones tendues. En conséquence, seuls les profils premium peuvent encore se positionner. Néanmoins à l’heure de s’intéresser aux biens immobiliers en vente, les intéressés se divisent en deux écoles : rechercher soi-même un bien ou faire appel à un professionnel de l’immobilier.

La vente d’un bien immobilier entre particuliers permet d’éviter le règlement des frais d’agences. Cela est tout à fait possible à condition de bien préparer ses visites et d’avoir un œil averti. A contrario, en passant par un agent immobilier, les acheteurs devront lui régler une commission pour bénéficier de son accompagnement, son expertise et sa connaissance du secteur. Les futurs investisseurs, ont également la possibilité de consulter les annonces immobilières en ligne ou directement en agence. Selon la Direction générale de la concurrence, de la consommation et la répression des fraudes (DGCCRF), c’est là que le bât blesse.

Les honoraires dans le viseur

En effet, selon l’administration relevant du ministère de l’Economie, les irrégularités de la part des agences immobilières restent élevées. La répression des fraudes a constaté des manquements dans 58 % des cas (tarifs opaques, annonce et mandat irrégulier). Parmi toutes les infractions relevées, 65 % d’entre elles concernent des anomalies relatives aux informations données aux clients. L’étude montre que 20 % des agences immobilières n’affichent pas leurs barèmes bien que l’obligation existe depuis 1990.

Cependant l’étude de la répression des fraudes porte sur l’année 2016. Reste à savoir si les comportements ont changé depuis l’entrée d’un arrêté rendant obligatoire l’affichage des honoraires. Cette obligation d’affichage du 1er avril 2017 doit se faire autant en agence que sur leur site internet. L’arrêté qui découle de la loi Alur (Accès au logement et un urbanisme rénové), tend à ce que les futurs acquéreurs ou locataires soient mieux informés sur le bien en vente ou en location. Enfin, les informations relatives au diagnostic immobilier font parfois défaut. L’indice de performance énergétique du logement a pourtant un caractère obligatoire depuis janvier 2011. De même pour l’affichage de la surface habitable qui doit être indiqué en mètre carré loi Carrez.


Dernières actualités Immobilier
Achat immobilier, c’est toujours le moment en 2019 Achat immobilier, c’est toujours le moment en 2019 23/03/2019 - Les taux bas des crédits à l’habitat sont une véritable occasion de réaliser...
Crédit immobilier : les courtiers séduisent les jeunes emprunteurs Crédit immobilier : les courtiers séduisent les jeunes emprunteurs 21/03/2019 - Les courtiers se positionnent comme étant une source de financement phare, notamment...
Crédit immobilier : l’obligation de domicilier son compte bancaire est supprimée Crédit immobilier : l’obligation de domicilier son compte bancaire est supprimée 19/03/2019 - La loi portant sur la domiciliation bancaire oblige les clients à immobiliser leur...
Comment obtenir un prêt immobilier une fois à la retraite ? Comment obtenir un prêt immobilier une fois à la retraite ? 18/03/2019 - Les banques n’ont pas de réticence à accorder un crédit immobilier après 60...
Quand la LOA veut conquérir l’immobilier Quand la LOA veut conquérir l’immobilier 14/03/2019 - La location avec option d’achat s’attaque au marché de l’immobilier. A l’instar...