3 Français sur 4 ne connaissent pas le montant de leurs frais bancaires

3 Français sur 4 ne connaissent pas le montant de leurs frais bancaires

Une récente étude indique que 75 % des usagers bancaires ne sont pas en mesure d’indiquer le montant de leurs frais annuels.

Seuls 21 % des clients des banques connaissent leurs tarifs

Les Français et l’argent est bien souvent un sujet tabou. Contrairement à la culture anglo-saxonne, l’argent est un domaine qui reste dans la sphère privée. Si le sujet est clivant, au regard de la dernière étude commandée par une banque en ligne, tous les français ne prêtent pas attention au montant de leur frais bancaires. Selon un sondage paru mercredi, 3 Français sur 4 ne connaissent pas les frais bancaires qu’ils paient chaque année.

Dans le détail, un peu plus de la moitié (51 % exactement) ont en tête un montant approximatif en ce qui concerne leur frais bancaires annuels. Pour un quart des personnes interrogées, elles confient en n’avoir aucune idée. En revanche, ils ne sont que 21 % à connaitre exactement les frais déboursés chaque année pour leur tenue de compte et les autres services bancaires.

Si la majorité des usagers bancaires se plaignent régulièrement d’une tarification trop élevée, cette étude montre que dans 75 % des cas, ils n’en connaissent pas le montant.

Les banques en ligne et les néo-banques sont à l’affut

Cette étude commandée par une banque en ligne n’est pas anodine et tombe à point nommé. En effet, avec l’arrivée des néo-banques, les établissements sur internet se doivent de communiquer davantage sur la faiblesse de leur frais voire de leur gratuité. Si les banques connectées de dernière génération affichent des frais particulièrement bas, les banques 2.0 restent dans la course. Par rapport, aux néo-banques, elles ont l’avantage de s’appuyer sur un réseau d’agences bancaires. Car bien souvent, leurs marques appartiennent à des groupes bancaires classiques et bien implantés dans tous l’Hexagone.

De plus, les banques en ligne de première génération propose une gamme de produits plus large. Ainsi, elles sont en mesure de faire des offres de prêt immobilier et de crédit à la consommation. Elles sont également capables d’émettre et de recevoir des chèques, ce qui n’est pas encore possible pour les néo-banques.


Dernières actualités Banque
Les jeunes, nouveau cœur de cible des banques Les jeunes, nouveau cœur de cible des banques 12/08/2018 - Les banques se livrent une bataille commerciale pour séduire les jeunes. Entre néobanques et établissements classiques,...
Changer de banque : une démarche pas aussi simple que prévue Changer de banque : une démarche pas aussi simple que prévue 06/08/2018 - La mobilité bancaire version 2017 n’a pas bousculé le marché bancaire. Si le changement est facilité, peu de particuliers...
Banque : l’offre spécifique prochainement remaniée Banque : l’offre spécifique prochainement remaniée 05/08/2018 - Les profils les plus fragiles financièrement peuvent ouvrir un compte en banque grâce à l’offre spécifique. Pourtant...
Prélèvement à la source et capacité d’emprunt Prélèvement à la source et capacité d’emprunt 04/08/2018 - Le changement de mode de paiement de l’impôt sur le revenu aura-t-il un impact sur la capacité d’emprunt des ménages ?...
Bientôt la fin des banques privées ? Bientôt la fin des banques privées ? 03/08/2018 - Face à une réglementation de plus en plus stricte et à l’émergence des fintech plus accessibles et moins chères, les...