Regroupement de crédit immobilier : comment décrocher le meilleur taux ?

La conjoncture reste très favorable pour les emprunteurs souhaitant mettre en place un regroupement de crédits (immobilier, consommation). Aujourd’hui, il est possible d’obtenir un taux fixe à moins de 3 % sur 15 ans. Cependant, comment mettre toutes les chances de son côté ?

Financement et regroupement de prêt immobilier : des conditions très avantageuses

Dans le cadre d’un projet immobilier (financement ou regroupement des crédits), la météo est au beau fixe pour les demandeurs, le taux fixe moyen se négocie autour de 3,10 % sur une durée de 15 ans et environ 3,4 % sur 20 ans. Il est même possible d’obtenir un financement à moins de 3 % pour les bons dossiers.

Autrement dit, malgré une tendance baissière des taux, il est recommandé de présenter son profil emprunteur sous son meilleur jour pour obtenir un taux intéressant.

Pour une acquisition immobilière, il est conseillé d’avoir un apport personnel d’environ 10 % du montant emprunté, quitte à solliciter un coup de pouce à ses proches pour le gonfler.

Par ailleurs, en moyenne, pour un montant emprunté d’environ 170 000 euros, l’apport personnel souhaité par les prêteurs est au moins 50 000 euros et pour un revenus nets d’au moins 4 500 euros par mois. Pour un regroupement de crédits immobiliers, aucun apport personnel n’est exigé, mais il est indispensable de présenter un profil emprunteur irréprochable.

Regroupement de crédit immobilier et intermédiaire bancaire

Dans le cadre d’un regroupement de crédit, obtenir le meilleur taux en vigueur nécessite de se présenter sous son meilleur profil emprunteur. En moyenne, un intermédiaire bancaire fait gagner 0,25 point sur le taux une économie importante quand il s’agit de milliers d’euros.

Les conditions actuelles favorables aux emprunteurs ne doivent pas faire oublier d’autres facteurs qui alourdissent le taux effectif global (TAEG). Des assurances annexes aux frais de dossier, l'intermédiaire bancaire peut négocier pour son client une multitude de frais qui composent le TAEG.

Pour les assurances qui représentent jusqu’à 0,50 % du montant emprunté, l'intermédiaire bancaire en partenariat avec les grandes compagnies, peut obtenir jusqu’à 30 % d’économies sur les frais d’assurance.

Quant aux frais de dossier qui tournent autour de 1 % du capital emprunté, l’intervention de l'intermédiaire financier peut également le réduire.

Faire appel à un intermédiaire bancaire pour son rachat de crédit (immobilier et/ou consommation), semble être la meilleure alternative pour obtenir les meilleures offres. De plus, son intervention ne coûte rien à l’emprunteur, puisque le prêteur lui abandonne ces frais à titre de rémunération.


Simulateur rachat de crédit