Rachat de crédit et le rachat de soulte

Le divorce se caractérise par une baisse des revenus, un partage de biens et des dépenses imprévues. Il ne dispense pas les co-emprunteurs de rembourser les prêts souscrits ensemble. Pour tourner définitivement la page, certains optent pour le rachat de soulte lors du regroupement de crédits.

Quelles solutions pour conserver un bien en cas de divorces ?

120 000, c’est le nombre estimé de divorce en France, il touche désormais toutes les classes sociales et toutes les catégories d’âge. Le divorce a des conséquences financières qui se traduisent par une baisse des revenus, un partage de patrimoine et des dépenses supplémentaires.

Cependant, le divorce prend une toute autre allure quand le couple a souscrit un ou plusieurs crédits pour l’achat d’un bien immobilier, d’une voiture ou pour le financement de projets.

Rappelons que le crédit (immobilier ou consommation) reste lié aux co-emprunteurs qui se sont engagés de le rembourser totalement jusqu’à l’échéance ou jusqu’au remboursement anticipé du montant restant .

De principe, à la suite du jugement de divorce, certains prêts en commun comme le crédit immobilier ou le crédit auto, doivent être repris par une seule personne.

Divorce : rachat de soulte ou rachat de part

Selon la loi, même en cas de divorce, le partenaire qui ne garde pas le bien financé par le biais d’un crédit dont il a signé le contrat de prêt reste engagé vis-à-vis de l’organisme prêteur.

Autrement dit, si le partenaire qui a gardé le bien n’est plus en mesure d’honorer le remboursement de celui-ci, l’organisme prêteur peut poursuivre le co-emprunteur et l’exiger à payer les mensualités.

Pour éviter ces problèmes, le conjoint qui ne garde pas le bien peut être désolidarisé des crédits en cours, c’est là qu’intervient le rachat de soulte.

Cette solution est un rachat de part, l’un des conjoints rachète la part du bien (immobilier, mobilier) appartenant à l’autre conjoint et lui verse une somme d’argent correspondant à sa contribution, mais à condition qu’il ait les moyens financiers suffisants.

Dans le cadre d’un bien immobilier, un rachat de part nécessite une prise de garantie hypothécaire sur le bien et les deux conjoints doivent passer impérativement chez le notaire.

Financement d’un rachat de part

Conscient du nombre exponentiel de divorces, les établissements de crédits se sont adaptés et proposent des financements destinés au rachat de soulte.

Le rachat de part se finance facilement par le biais d’un regroupement de crédit qui permet de rassembler tous les crédits en cours et l’ensemble des frais relatifs au divorce (les frais d’avocats, les frais de notaire). Cette solution permet d’obtenir également un nouveau crédit (un nouveau projet) pour payer la part de son ex-conjoint.

Le rachat de soulte par le regroupement de crédit offre de nombreux avantages, il permet d’obtenir un taux d’intérêt immobilier moins élevé par rapport au taux initial, ce dernier sera dans tous les cas en dessous des taux des prêts personnels.

Avec un seul salaire, le rachat de crédit permet aussi de baisser considérablement le montant de sa mensualité en rallongeant jusqu’à 35 ans la durée de remboursement de son prêt.