Rachat de crédit : quel prêteur ? Quel coût ?

Favorisé par les conditions actuelles de crédit, le regroupement de crédit a le vent en poupe. Cependant, vers quel prêteur se tourner ? Quels sont les frais obligatoires et facultatifs ? Voici quelques éléments de réponse.

Rachat de crédit : les prêteurs

Destiné à rééquilibrer efficacement et durablement le budget de l’emprunteur, le regroupement de crédits consiste à mettre en place un prêt bancaire amortissable qui permet de rembourser par anticipation les crédits en cours.

Les mensualités de ce crédit de substitution sont déterminées en fonction de la capacité de remboursement de l’emprunteur et de son projet financier. Ce procédé permet de diminuer les charges de mensualités en allongeant la durée de remboursement avec un taux plus ou moins élevé.

Aujourd’hui, de nombreux prêteurs (banque et établissement de crédit) proposent des offres de regroupement de crédits. Cependant, un rachat de crédits réussi passe par l’obtention du financement le plus adapté à ses finances.

Pour cela, les intermédiaires en opérations de banque et en services de paiement auront bien souvent des offres de rachat de crédit adaptées. Souvent sans avoir à changer de banque.

Rachat de crédit : les frais

Quel que soit le type de financement (immobilier, consommation), un regroupement de crédit engendre dans la plupart des cas le paiement de divers types de frais. Certains sont obligatoires, d’autres facultatifs.

Les frais obligatoires

Les frais obligatoires sont nécessaires et indispensables pour obtenir le financement d’un regroupement d’emprunts.

  • Les frais de dossier

Le regroupement de crédit est une opération bancaire qui donne lieu dans la plupart des cas au paiement des frais de dossier.

En optant pour un intermédiaire bancaire, ces frais seront inclus dans le montant total à racheter et ne doivent être payés qu’en cas de financement. Le refus ainsi que la simulation de rachat de crédit ne peuvent entraîner le versement des frais de dossier.

  • L’assurance : décès, invalidité, incapacité

La souscription de l’assurance garantissant le décès, l’invalidité et l’incapacité temporaire du travail est souvent indispensable pour obtenir le financement.

Ces garanties couvrent les charges de remboursement du nouvel emprunt en cas de décès de l’emprunteur, d’accident grave de la vie aboutissant à une invalidité ou une incapacité.

  • Les indemnités de remboursement anticipé (IRA)

Dans le cadre de cette opération, des indemnitésde remboursement anticipé peuvent être réclamées et appliquées sous certaines conditions.

S’il s’agit d’un regroupement de crédit immobilier, le montant des indemnités de remboursement anticipé représentera 3 % du capital restant dû.

S’il s’agit d’un regroupement de crédit à la consommation, des pénalités peuvent être réclamées si le montant du remboursement anticipé est supérieur à 10 000 euros. Dans ce cas, le montant des pénalités variera entre 0,5 % et 1 %.

Les frais facultatifs

Les frais facultatifs sont souvent exigés par certains prêteurs pour accorder un financement, ces frais ne sont pas indispensables.

  • L’assurance : chômage ou perte d’emploi

L’assurance chômage est une garantie couvrant les charges de remboursement en cas de perte d’emploi. Elle n’est pas obligatoire, mais beaucoup appréciée par les prêteurs.

  • Frais d’intermédiation

En optant pour un intermédiaire bancaire pour bénéficier des meilleures offres, des frais d’intermédiaire peuvent être appliqués, ils varient entre 3 % et 5 %. Ces frais sont compris dans le nouvel emprunt.

  • Les garanties : hypothèque, cautionnement

Lors d’un regroupement de crédit immobilier, une garantie hypothécaire peut être exigée. Cela implique le paiement d’une taxe de publicité foncière (0,615 % du montant emprunté).

Une société de cautionnement peut aussi garantir le prêt. Les frais de cautionnement varient entre 2 % et 3 % du montant emprunté.


Simulateur rachat de crédit