Rachat de crédit immobilier : les beaux jours des taux

Les Français continuent à profiter des taux d’intérêts historiquement bas pour le financement de leur projet immobilier et cette tendance devrait durer jusqu’en été. Pourtant une remontée des taux semble inéluctable et viendra sûrement des Etats-Unis.

Evolution des taux

Dans la conjoncture économique actuelle caractérisée par un marché immobilierl’offre est largement supérieure à la demande, les organismes prêteurs vont se livrer à une forte concurrence et tout mettre en œuvre pour proposer les meilleurs taux.

Cette tendance va stabiliser les taux au moins jusqu’en été, certains spécialistes pensent que ces derniers pourraient encore reculer légèrement.

On table pour une stabilisation puisque, les banques et les organismes de crédits ont conscience de l’impact négatif que pourrait avoir une remontée des taux sur un marché immobilier en phase de stabilisation.

Par ailleurs, tout dépendra de l’évolution des obligations assimilables du trésor (AOT 10 ans) sur lesquels les prêteurs se basent pour déterminer les différents taux d’intérêts.

En mars, le niveau du taux de l’OAT 10 ans a encore reculé et se situe entre 2,07 % et 2,17%. Ce niveau anormalement bas des OAT 10 ans permet aux prêteurs de proposer des taux attractifs en gardant des marges raisonnables.

Evolution des taux : quelles influences de la (FED) ?  

Comme prévu, la banque fédérale Américaine (FED) change d’approche dans sa politique monétaire, ce changement aura forcément un impact sur l’économie mondiale et notamment Européenne.

Sa dernière décision fut l’événement économique le plus marquant de la semaine dernière, en fait la FED a décidé le mercredi 19 mars 2014 de réduire de 10 milliards de dollars ses injections de liquidité. Autrement dit, elle a décidé de réduire de 10 milliards de dollars le montant de ses rachats de dettes publiques à long terme.

En optant pour cette politique, la banque centrale Américaine minimise progressivement les liquidités qu’elle injecte sur le marché des obligations et ce sont ces liquidités qui maintiennent jusqu’ici les taux des OAT 10 ans anormalement bas.

Le débat sur une éventuelle hausse des taux des prêts immobiliers dépend donc de la participation de la FED aux rachats des dettes publiques, aujourd’hui elle injecte 55 milliards de dollars par mois.

A quand la hausse des taux ?

Lors de sa dernière réunion du mercredi dernier, la FED a fait savoir que la remontée des taux pourrait intervenir plus tôt que prévu. La réaction a été immédiate sur le marché des obligations où le taux des OAT 10 ans est passé de 2,07 % à 2,17 %  en seulement 24 heures.

La principale question que se posent les analystes est de savoir si cette hausse aura un impact immédiat sur le niveau des taux des prêts immobiliers et comment la BCE va réagir.

Dans tous les cas, la remontée des taux arrivera tôt ou tard et certainement en provenance des Etats-Unis. Le niveau historiquement bas des taux n’a pas vocation à perdurer.

Actuellement le financement d'un crédit peut se faire sur un taux inférieur à 3 % sur une durée de 20 ans et même 2,5 % sur 15 ans pour les primo accédant disposant de revenus importants.


Simulateur rachat de crédit