Rachat de crédit immobilier : nouvelle baisse des taux en novembre

Selon plusieurs observatoires, le mois dernier a été marqué par une baisse généralisée des taux d’intérêts immobiliers. Les prêteurs continuent d’attirer de nouveaux emprunteurs. Cette stratégie baissière des taux pourrait bien continuer dans les mois à venir.

Regroupement de crédit ou acquisition immobilière : c’est le moment

Pour la première fois depuis le début de la baisse des taux d’intérêts immobiliers, l’ensemble des taux proposés y compris ceux de longue durée (25 ans), passe sous le seuil symbolique des 3 %.

Dans le détail, en novembre, les taux fixes moyens proposés par les banques et les établissements de crédit se sont élevés à 2,40 % sur une durée de 15 ans, 2,66 % sur 20 ans et 2,97 % sur 25 ans.

En fait, pour capter de nouveaux emprunteurs, certains établissements prêteurs ont procédé à des réajustements très marqués. Face à cette concurrence rude, d’autres ont abaissé l’ensemble de leurs taux de 0,20 % à 0,30 % point de base afin de revenir dans la course.

Conséquence, les taux d’intérêts pour la durée de remboursement de 25 ans ont reculé de 0,4 % en moyenne par rapport au mois précédent.

Des taux d’intérêts très attractifs à la concurrence forte que se livrent les prêteurs en passant par une conjoncture favorable, tous les ingrédients semblent se réunir pour un projet de regroupement de crédit ou d’acquisition immobilière.

La tendance baissière des taux pourrait continuer

Sur une éventuelle baisse des taux dans les mois à venir, les observateurs sont unanimes, les taux d’intérêts immobiliers pourraient encore baisser dans les prochains mois.

La principale explication est la suivante : pour la première fois depuis son lancement en 1996, l’Obligation Assimilable du Trésor (OAT 10 ans) a franchi en fin novembre le niveau symbolique des 1 %, contre 2,45 % en janvier 2014.

En fait, depuis le début de l’année, la plupart des taux d’emprunt d’Etat en Europe ont été mis en adéquation avec la politique d’assouplissement de la banque centrale Européenne (BCE). Depuis, ils n’ont cessé de baisser, ce qui a fortement influencé la politique commerciale des établissements prêteurs Européens.

Aujourd’hui avec un OAT à son plus bas niveau (1 %) et compte tenu des conditions très favorables au niveau des refinancements des prêteurs, tout laisse à croire qu’il reste un potentiel de baisse des taux d’intérêts immobiliers dans les semaines et mois à venir.

Éventuelle baisse des taux : quelles conséquences sur le rachat de crédit ?

Si une éventuelle baisse des taux d’intérêts immobiliers renforce le pouvoir d’achat immobilier des potentiels acquéreurs, elle est aussi synonyme d’assouplissement des conditions d’octroi des crédits et donc du regroupement de crédit.

Le niveau actuel des taux est tel que l’ensemble des crédits (récents ou et anciens) peuvent faire l’objet d’un regroupement de crédit immobilier.

De ce fait, une nouvelle baisse des taux d’intérêts pourrait permettre d’inclure dans un projet de regroupement de crédit, la plupart des crédits antérieurs (immobiliers, consommation, reconnaissance de dettes) y compris ceux qui ont été accordés dans des conditions avantageuses.

En théorie, dans le regroupement de crédit immobilier, pour que le jeu en vaille la chandelle, l’écart entre le taux initial et le nouveau doit être supérieur ou égal à 0,7 % et le prêt doit être dans la première moitié de son amortissement.

A ce jour, même les prêts immobiliers souscrits à plus 4,50 % en novembre 2007 ou en encore à plus de 5 % à l’automne 2008 sont intéressants pour le rachat de crédit, même si une bonne partie ou l’ensemble des intérêts ont été soldés. Bon à savoir : seule une analyse approfondie permettra de comparer avec précision la situation avant puis après rachat des crédits.


Simulateur rachat de crédit