Livrets réglementés, électricité, loyers…, ce qui change au 1er août

Même en plein week-end de chassé-croisé entre les juilletistes et aoûtiens, le budget des Français ne sera pas épargné par l’entrée en vigueur de certaines mesures ou modifications. Voici ce qui change à partir du 1er aout.

Le taux des rémunérations des placements réglementés

Confirmé par le gouvernement, le taux du livret A baisse à 0,75 % au 1er août 2015. Par conséquent le rendement des autres placements réglementés comme le livret Bleu ou le livret de Développement Durable, est également revu à la baisse à 0,75 %.

Pour le livret d’épargne populaire, le taux de rémunération tombe à 1,25 %. Quant au livret d’épargne entreprise (LEE) et le compte épargne logement (CEL), le rendement est abaissé à 0,50 %.

A savoir que ces modifications relatives au taux de rendement des placements réglementés seront applicables du 1er août 2015 au 31 janvier 2016.

Electricité : les tarifs réglementés augmenteront de 2,5 %

A partir du 1er août 2015, les ménages abonnés aux tarifs réglementés d’EDF vont voir leur facture d’électricité augmenter de 2,5 % en moyenne.

Environ 28 millions de foyers seront concernés par cette hausse. En fait, la commission de régulation de l’énergie (CRE) avait préconisé une hausse de 8 % sur un an afin que les prix pratiqués permettent de couvrir les coûts d’exploitation et de production.

Par ailleurs, le gouvernement a annoncé qu’il n’y aura pas de hausse de tarifs pour certains foyers, principalement, ceux bénéficiant des tarifs sociaux, mais aussi pour certaines catégories de clients comme les artisans, les commerçants, les TPE

Pour le gaz, les tarifs réglementés restent stables, la hausse sera nulle pour les particuliers de GDF Suez. Près de 7 millions de foyers seront concernés par cette stagnation.

L’encadrement des loyers à Paris

L’une des mesures symboliques de la loi Alur, l’encadrement des loyers, verra bien le jour. A partir du 1er août 2015, les loyers ne pourront plus dépasser un certain seuil de référence. Pour le moment la mesure ne concernera que la capitale (Paris).

Cet encadrement touche tous les nouveaux contrats de location ou les contrats renouvelés pour les logements vides ou meublés.

En fait, le loyer ne pourra pas dépasser le seuil de référence fixé par la préfecture en fonction de la localisation du bien, le nombre de pièces et de son année de construction.

Cependant, un complément de loyer peut être exigé et appliqué aux bien présentant des qualités particulières (meuble, confort, emplacement).

Pour l’OLAP (observatoire des loyers de l’agglomération parisienne), cet encadrement va se traduire par une baisse de loyer allant jusqu’à 240 euros par mois pour certains locataires.