L’incertitude plane sur le marché du crédit immobilier

Si les différents observatoires font état d’une hausse de la production du crédit immobilier au 1er trimestre 2015, la remontée des OAT 10 ans et l’instabilité de la situation grecque entraînent une incertitude sur le marché.

Financement immobilier : hausse de la production

Selon certains professionnels, la production du prêt à l’habitat sur le 1er trimestre a enregistré une hausse de 30 % par rapport à la même période de l’année 2014.

Au total, elle a généré plus de 138 milliards d’euros hors rachat de crédit et renégociation. Ce niveau reste toutefois historiquement moins important que par le passé

Dans le détail, la production est passée de 19 milliards d’euros à près de 25 milliards dans l’ancien entre le 1er trimestre 2014 et celui de 2015. Dans le neuf, elle est passée à 7,9 milliards d’euros au 1er trimestre 2015 contre 6,1 milliards d’euros un an plutôt.

Logiquement, la hausse de la production du prêt à l’habitat est soutenue par les taux d’intérêt historiquement attractifs qui incitent les primo-accédant à souscrire un financement immobilier.

Plusieurs banques ont augmenté leurs barèmes

Selon les dernières publications de l’Observatoire Crédit Logement/CSA, les taux d’intérêt des prêts à l’habitat commencent à augmenter légèrement dans l’ancien avec une moyenne de 2,02 % le mois dernier contre 1,99 % un mois plutôt.

D’autres statistiques montrent que plus de 30 établissements prêteurs ont déjà remonté leurs barèmes depuis mai 2015. Depuis juillet, plus de 15 établissements ont déjà révisé à la hausse leurs taux, certains pour la 2ème voir la 3ème fois depuis le début de la tendance haussière.

Par ailleurs, quelques banques font le choix d’orienter leurs barèmes vers la baisse, surtout pour les profils emprunteurs présentant moins de risques et les primo-accédant.

De ce fait, malgré les incertitudes sur le marché du crédit immobilier, les conditions de financement restent favorables aux emprunteurs. Les taux moyens sont toujours attractifs par rapport à ceux observés il y a 2 ou 3 ans.

Cependant, le contexte actuel, caractérisé par la crise Grecque et la hausse des taux longs, empêche toutes prévisions certaines sur l’évolution des taux des financements immobiliers dans les semaines et mois à venir.

Des emprunteurs toujours à l’affut

La pleine incertitude sur le marché du crédit à l’habitat ne semble pas freiner les Français en capacité d’emprunter. Ils sont de plus en plus nombreux.

En fait, il faut savoir que les premières remontées des taux qui avaient en partie pour objectif de ralentir les demandes ont eu un effet contraire et a incité ceux qui hésitaient à passer à l’acte (acquisition immobilière, regroupement de prêt).

Ainsi, au lieu de reculer, les demandes de crédit (acquisition, renégociation, rachat de prêt) enregistrent toujours une hausse.

A savoir que les taux ainsi que les conditions d’octroi restent compétitifs, des facteurs essentiels pour inciter les attentistes et maintenir encore la reprise du marché