Dépenses publiques : la France reste numéro 1

Selon la publication des prévisions de dépenses sociales de l’organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), la France reste en tête avec près de 33% du PIB.

Hausse des dépenses sociales : quelles sont les causes ?

2013 ne sera pas l’année de la baisse des charges sociales publiques, dans les prévisions de l’OCDE, la France occupe la première place avec un tiers de son PIB consacré aux dépenses sociales publiques.

Entre 2009 et 2013, les dépenses sociales de l’Etat auront progressé de 2,9 %, les raisons de cette hausse sont diverses et multiples.

La principale cause de la hausse des dépenses sociales est sans doute la crise économique qui touche la France depuis 2009.

En effet, la prolongation de la crise fait gonfler le nombre de bénéficiaires des principales prestations sociales (allocation de chômage, APL, RSA …).

La France se distingue également par ses dépenses colossales en matière de retraite et de santé, elle y consacre 13 % de son PIB contre 8 % en moyenne dans les pays développés.

Dépenses publiques : une tendance qui divise

Depuis des décennies, les différents gouvernements ont essayé de mettre en place une politique sociale adaptée afin de maîtriser de manière efficace les dépenses sociales de l’Etat.

Parmi les mesures proposées, il y a la fameuse réforme des retraites qui continue à diviser classes politiques et organisations syndicales.

Selon certains observateurs, la hausse des aides sociales est une nécessité, en effet, quand les dépenses sociales augmentent, cela signifie que le paiement des retraites  est assuré, que les enfants sont gardés ou encore qu’il y’a une assurance maladie universelle.

Dépenses sociales généreuses, excessives ou mal régulées ? Beaucoup de français se posent ces questions. Dans tous les cas, il n’existe pas un modèle économique de référence capable de définir les dépenses publiques idéales pour la croissance.


Simulateur rachat de crédit