Demande de délégation d’assurance en très forte hausse

Selon une récente étude réalisée par un courtier, les demandes de délégation d’assurance de prêt immobilier ont été multipliées par 4,8 depuis janvier 2015.

Une hausse exceptionnelle de la demande

Une récente étude réalisée auprès de 8 compagnies d’assurance révèle que les demandes de délégation ont enregistré une forte progression depuis le début de l’année.

La hausse observée atteint 380 % par rapport à la même période de l’année dernière. A savoir que le part de l’assurance emprunteur représente une proportion importante du coût total de financement. Elle peut même atteindre jusqu’à 30 %.

Par ailleurs, l’étude montre aussi que seuls 5 % des demandes ont fait l’objet d’un refus, 95 % des demandes de délégation acceptées par les banques et les établissements bancaires.

Selon l’étude, ce nouveau phénomène est dû principalement aux effets de la loi Hamon, qui sanctionnent à hauteur de 3 000 euros les prêteurs en cas de non-respect des droits des assurés.

Une législation en faveur des assurés

Certes la possibilité de souscrire un autre contrat pour son financement immobilier reste très marginale. Il reste beaucoup de choses à faire surtout en matière d’information et de sensibilisation.

En 2013, la part de la délégation d’assurance ne représentait que 11 % du marché de l’assurance emprunteur. Cette année, l’ensemble des acteurs s’attendent que cette part augmente nettement.

D’abord, parce que cette possibilité peut permettre de réduire le coût de son financement immobilier (rachat de prêt, crédit immobilier).

Ensuite, parce que les emprunteurs sont de plus en plus calculateurs, ils n’hésitent plus à comparer les différentes offres de contrat d’assurance emprunteur.

Enfin, parce que la législation a été renforcée en faveur des assurés depuis l’entrée en vigueur de la loi Hamon.

Depuis plusieurs mois, les prêteurs ne peuvent motiver leurs refus de délégation qu’en se basant que sur une liste de 18 critères (fiche standardisée d’information).

Ainsi, ils ne pourront plus s’opposer à un autre contrat si celui-ci propose au moins les mêmes garanties.

Quand le rachat de crédit immobilier favorise aussi la délégation d’assurance

Avant, si les opérations de rachat de crédit immobilier étaient associées principalement à la notion de gains potentiels sur les taux d’intérêt,  aujourd’hui, il est aussi sollicité pour obtenir un meilleur taux annuel effectif d’assurance.

Grâce à la baisse des taux, à l’assouplissement des critères d’octroi et à la concurrence que se livrent les banques, il peut être opportun d’opter pour un regroupement de crédits immobiliers.

Cependant, à cette occasion, la plupart des emprunteurs optent pour un autre contrat d’assurance emprunteur autre que celui proposé par le prêteur.

Ainsi, le regroupement de crédits ou la renégociation de crédit immobilier favorise aussi les demandes de délégation d’assurance.