Diminuer mes mensualités jusqu'à -60%

Diminuer mes mensualités jusqu'à -60%

Financer mes projets grâce au rachat de crédit

Financer mes projets grâce au rachat de crédit

Quand les intermédiaires bancaires décrochent des taux de crédit immobilier inédits


Selon les dernières données de l’Observateur Crédit Logement/CSA, les taux d’intérêt des crédits immobiliers ont atteint un nouveau plancher historique en ce mois de juillet. Dans ce contexte favorable aux emprunteurs souhaitant acheter un bien immobilier ou racheter leurs encours, les intermédiaires bancaires parviennent à décrocher des offres plus attractives que la moyenne affichée.

La baisse des taux devient un phénomène habituel

Après 1,62 % en juin, les Français s’endettent aujourd’hui à 1,59 % en moyenne (hors assurance et toutes durées de remboursement confondues), selon les dernières publications de l’Observatoire Crédit Logement/ CSA.

Certes, cette tendance baissière s’est déclenchée depuis 2011, mais elle est devenue continue depuis décembre 2015. Cependant, la chute a été particulièrement rapide ces derniers mois, puisque les chiffrent montraient un taux moyen de 1,76 % en juin pour le mois de mai.

La baisse des taux devient un phénomène habituel, voir banal, mais elle reste toujours impressionnante. Les emprunteurs, quel que soit leur profil et leur projet, ne se sont jamais endettés dans d’aussi meilleures conditions. En seulement 9 mois, le coût moyen du crédit a perdu plus 60 points de base et va certainement atteindre un nouveau plancher dans les semaines et mois à venir.

Dans son dernier rapport, l’observatoire souligne qu’en seulement 4 ans (depuis 2012), le coût moyen du financement a été divisé par deux et de par 3,5 par rapport au seuil moyen proposé dans le début des années 2 000.

Les raisons de la baisse des taux restent les mêmes

En ce mois de juillet, force est de constater que les taux d’emprunt ont une fois de plus reculé, tombant à un seuil moyen inconnu jusqu’alors. De plus, tout laisse à croire que le mouvement va s’accentuer dans les semaines et mois à venir.

Cependant, comme les mois précédents, les principales raisons de la baisse des barèmes restent les mêmes. Pour rappel, le mouvement est particulièrement lié à la volonté et à l’agressivité commerciale des établissements prêteurs.

Et comme les autres mois, cette ambition commerciale des établissements bancaires est rendue possible par des conditions exceptionnelles sur les marchés interbancaires. Les conditions de refinancement n’ont jamais été aussi favorables aux banques.

Pour rappel, les banques fixent leurs barèmes par rapport au taux auquel l’Etat Français emprunte sur 10 ans, il s’agit de la fameuse OAT 10 ans. Plus cet indicateur est faible et plus les conditions de financement interbancaire seront « bon marché ».

Sous l’effet de la politique de la BCE  et les incertitudes liées au Brexit, le taux des OAT 10 ans de la France est à son plus bas niveau, autour de 0,24 % à ce jour, contre 1 % en décembre 2015.

A cela s’ajoute, la hausse des ressources gratuites des banques. En fait, depuis la chute des rendements des plans d’épargne réglementée, les Français préfèrent laisser dormir leur épargne sur un simple compte courant non rémunéré.

Les intermédiaires bancaires décrochent des taux en dessous de la moyenne

Certes, la baisse attendue des barèmes en ce mois de juillet a bien eu lieu, certes, les banques assouplissent leurs critères d’octroi et proposent des conditions très attractives, mais il faut savoir que la tendance actuelle ne profite pas à tous les emprunteurs de la même façon.

Si les meilleures offres sont traditionnellement proposées aux profils emprunteurs « haut de gamme » ayant un apport personnel très important (au moins 40 % du financement) et des revenus élevés (en moyenne 5 000 euros), ceux qui sollicitent les services d’un intermédiaire bancaire peuvent aussi prétendre aux meilleures conditions.

Dans la plupart des réseaux d’intermédiaire bancaire, la barre symbolique de 1 % sur une durée de 20 ans a été franchie. Ce taux inédit peut s’expliquer par la forte concurrence que se livrent les banques, mais aussi par les partenariats privilégiés entre les grands établissements prêteurs et les intermédiaires bancaires.

Par ailleurs, depuis quelques mois, les statistiques montrent que ces professionnels décrochent aussi des conditions exceptionnelles pour les opérations de rachat de crédit immobilier. D’ailleurs, l’ensemble des intermédiaires bancaires incitent les emprunteurs à opter pour ces opérations de banque.

/images/pages/redacteurs/Gueladjo.jpg

À propos de Gueladjo Toure

Responsable Webmarketing - Gueladjo est webmarketer, c'est avant tout un spécialiste des sujets très techniques en rapport avec l'économie, la finance et le crédit.