Depuis le 1er janvier 2017, la quasi-totalité des banques ont augmenté leurs tarifs, la hausse tourne autour de 13 % en moyenne. Cependant, un client peut-il s’opposer à cette augmentation ? Quelles sont les astuces pour contrer cette hausse ? Voici quelques éléments de réponse.

Tarifs bancaires : une hausse de 13 % en moyenne

Des frais de tenue de compte aux frais des retraits dans une autre banque en passant par les coûts des cartes de paiement, la plupart des tarifs bancaires ont augmenté depuis le 1er janvier 2017. Cette nouvelle augmentation concerne la quasi-totalité des banques. Selon certaines études, elle tourne autour de 13 % en moyenne.

Ainsi, il va falloir payer un plus cher cette année pour profiter des services d’un établissement bancaire. Cependant, il faut savoir que les clients ne sont pas face une fatalité, ils peuvent refuser cette flambée continue des tarifs bancaires.

A savoir que la banque doit respecter certaines obligations légales. Non seulement, elle doit informer ses clients de l’augmentation de ses frais, mais elle doit aussi les informer que s’ils ne s’y opposent pas dans les 60 jours, ils seront présumés avoir accepté les nouvelles conditions tarifaires.

Hausse des tarifs bancaires : comment refuser ?

Alors que la majorité des banques ont décidé d’augmenter leurs tarifs pour optimiser leur marge ou faire face à une perte de profit, il est possible pour leurs clients de refuser ces augmentations, selon l’article L312-1-1 du Code monétaire et financier.

En fait, le client doit réagir dans les deux premiers mois qui précèdent la mise en place des nouvelles conditions tarifaires. Il doit impérativement envoyer un courrier recommandé à sa banque et lui indiquer qu’il refuse catégoriquement les nouvelles conditions tarifaires, en prenant le soin de bien mentionner l’article L312-1-1 du Code monétaire et financier.

A savoir que même si la banque ne clarifie pas le délai de deux mois, son client peut à tout moment refuser la hausse des tarifs dès qu’il découvre les nouvelles conditions tarifaires.

Par ailleurs, certains spécialistes et association de consommateurs recommandent aussi d’envoyer une copie de son courrier au ministère des Finances afin de faire évoluer la législation concernant l’évolution des tarifs bancaires.

Que peut-on faire pour contrer l’augmentation des tarifs bancaires ?

Changement d’offre bancaires tout en restant dans le même établissement, opter pour une banque en ligne, mettre en avant son ancienne et sa relation privilégiée avec sa banque pour bénéficier des conditions tarifaires attractives…, plusieurs alternatives peuvent permettre de contrer l’augmentation des tarifs des banques.

Cependant, certaines de ces alternatives peuvent être inefficaces. En fait, même si la concurrence peut permettre de prétendre à des tarifs attractifs, il faut savoir que la quasi-totalité des banques augmentent leurs frais de base. De plus, le changement d’établissement n’est pas si facile que ça, surtout pour ceux qui remboursent un crédit immobilier avec une clause de domiciliation des mensualités.

De ce fait, les mesures pour contrer l’augmentation des tarifs bancaires ne peuvent être que celles imposées par les pouvoirs publics. En d’autres termes, la solution pour contrer la hausse des coûts des services bancaires serait : soit de plafonner les tarifs, soit d’interdire la tarification de certains services. Dans tous les cas, il faut un cadre légal pour réglementer l’évolution des tarifs des établissements bancaires.