Face à la baisse des taux, les banques en ligne se réinventent

Face à la baisse des taux, les banques en ligne se réinventent

Si les taux d’intérêts des crédits immobiliers atteignent des taux historiquement bas, les livrets d’épargne la subissent depuis longtemps. Dépendantes de ces produits, les banques en ligne sont obligées d’évoluer pour rester concurrentielles.

La baisse des taux n’épargne par les banques en ligne

La baisse des taux ne touche pas uniquement les crédits immobiliers. En effet, les taux de rendement des produits d’épargne subissent aussi une baisse importante. Si les épargnants font grise mine et préfèrent se tourner vers des produits plus intéressants, les banques en ligne font également preuve de pessimisme.

En effet, les premières banques à s’être positionné sur internet ont mis l’accent sur leurs super livrets d’épargne. Avec des produits d’appel à plus de 4 % de rendement brut à l’aube des années 2000, les banques en ligne avaient alors commencé à émerger dans le paysage bancaire français.

N’ayant pas de réseau d’agence bancaires à assumer, ces nouvelles banques avaient trouvé leur modèle économique.

Cependant, depuis que les taux des livrets d’épargne s’effondrent un peu plus chaque semestre, les banques en ligne voient leurs sources de revenus s’amenuiser. Car en étant obligées de revoir à la baisse les taux de leurs produits, ces banques dématérialisées diminuent ainsi leur marge d’intérêt (différence entre les intérêts versés au client et ceux réellement perçus).

De plus, une nouvelle génération de banque a fait son apparition ces derniers mois. Il s’agit de néo-banques 100 % mobiles. Entièrement adaptées aux smartphones et aux tablettes, elles s’adressent aux utilisateurs ultra-connectés et favorisent une nouvelle expérience client.

Le crédit immobilier sauvera-t-il les banques en ligne ?

Pour faire face, les banques 2.0 sont dans l’obligation d’évoluer et de s’adapter au marché actuel. Les principales banques de ce genre diversifient leurs offres. Certaines ont déjà commencé à commercialiser des crédits immobiliers. D’autres ont prévu de se positionner sur ce marché à l’horizon 2017.

Les activités de bourse font également leur apparition parmi la gamme des produits proposés.

Les banques en lignes ne veulent plus apparaître comme de simples gestionnaires de comptes courants ou de livrets d’épargne. Elles proposent désormais quasiment les mêmes services que les banques classiques. Sont-elles réellement l’avenir du secteur bancaire ? Les années à venir livreront la réponse mais les principaux groupes bancaires français semblent avoir anticipé l’évolution du marché. En effet, dans leur majeure partie, les banques en lignes sont des filiales des grandes banques de l’Hexagone.

A noter qu’un français sur deux se déclare intéressé par l’ouverture d’un compte bancaire dans une banque 2.0.


Simulateur rachat de crédit