Des débuts encourageants pour la nouvelle mobilité bancaire

Un mois après l’entrée en vigueur d’une disposition de la loi Macron facilitant le changement de banque, les acteurs du marché dressent les premiers bilans.

La mobilité bancaire facilitée par un nouveau mandat

Un mois après l’entrée en vigueur du dispositif permettant de changer facilement de banque, les premiers retours d’expérience indiquent des débuts encourageants. D’ordinaire les Français sont réfractaires à l’idée de modifier leurs habitudes bancaires. Ils sont fidèles à leur banque et dans la plupart des cas, il s’agit du même établissement que celui de leurs parents, notamment pour les plus jeunes usagers.

Mais détenir un compte en banque coûte de plus en plus cher. Au 1er janvier 2017, la hausse moyenne des frais de tenue de compte avoisinait les 13 %. Pour limiter l’impact de la baisse des taux des crédits immobiliers sur leur chiffre d’affaires, les banques ont choisi de répercuter ce manque de revenus nets en augmentant les frais appliqués à leur clientèle.

Si pour certains usagers la hausse s’est fait sensiblement sentir, il en a été autrement pour d’autres. Des banques qui jusqu’alors ne facturaient pas de frais de tenue de compte sont ainsi passées de zéro à une trentaine d’euros facturés par an.

Pour limiter les frais bancaires, les usagers français sont libres de changer de banque comme bon leur semble. Mais face aux longueurs administratives et aux contraintes que cela implique, beaucoup d’entre eux préfèrent reporter cette opération.

Les banques en ligne s’attendaient à des arrivées massives

Pour faciliter le changement d’établissement bancaire, une disposition de la loi Macron est entrée en vigueur le 6 février dernier. Selon les textes de loi, le changement de banque est facilité grâce au mandat de mobilité bancaire. En remettant ce mandat à sa future banque, le client la charge de mener toutes les démarches à sa place. Le nouvel établissement va donc procéder au changement de domiciliation bancaire et en informer tous les débiteurs ou créditeurs.

Un mois après, les effets de la nouvelle mobilité bancaire semblent encourageants. Les banques ont observé des arrivées mais aussi des départs. Les changements de banques depuis un mois représenteraient quelques milliers de dossiers.

Cependant, les Français ne semblent pas s’être précipités sur l’occasion. Au grand dam des banques en ligne qui attendaient beaucoup de cette nouvelle législation. Elles affichent tout de même une satisfaction relative. Des milliers d’usagers ont décidé de migrer certains produits bancaires vers de nouveaux établissements en ligne. Il ne s’agit donc pas d’une mobilité complète. Les internautes ont profité des offres commerciales émises pour bénéficier des primes d’arrivée.

Mais dans l’ensemble, les Français ne semblent pas être tous au courant du nouveau dispositif. Reste à voir si cette tendance sera vérifiée dans les prochains mois.