Collecte nette nulle en septembre pour l’assurance-vie

Collecte nette nulle en septembre pour l’assurance-vie

Les fonds déposés par les Français sur leur contrat en septembre sont équivalents aux retraits. Cette collecte nulle s’inscrit dans la continuité de la tendance baissière entamée depuis le début de l’année.

9,6 milliards d’euros à la fois déposés et retirés

La fin d’année s’annonce compliquée pour l’un des placements préférés des Français : l’assurance-vie. Selon les dernières statistiques de la Fédération française de l’assurance, la collecte nette de ce placement est nulle pour le mois de septembre 2016.

Cela signifie que les Français ont déposé autant de fonds qu’ils en ont retiré de leur contrat d’assurance-vie. En chiffres, les épargnants ont versé 9,6 milliards d’euros. Les retraits se chiffrent à un montant équivalent. Si la balance est donc à l’équilibre, cela n’en demeure pas moins une contre-performance pour l’assurance-vie. Il faut remonter au mois de janvier 2015 pour dresser le même constat. La collecte avait alors failli basculer négativement.

La collecte nulle du mois de septembre est à l’image de l’année 2016. En effet, depuis le mois de janvier, la collecte nette mensuelle est en recul. En août dernier, elle affichait déjà un mauvais résultat avec seulement 500 millions d’euros collectés.

Des mesures qui inquiètent les épargnants

Si les contrats sur des fonds en euros sont privilégiés par les Français car ils garantissent le capital initial, leur taux de rendement pour 2016 devrait lui aussi être revu à la baisse. C’est en tout cas les recommandations émises par le Gouverneur de la Banque de France. Ces directives expliquent les nombreux retraits des Français qui craignent de voir leur taux de rendement impacté.

De plus, les derniers amendements votés dans le projet de loi Sapin II, incitent également les détenteurs d’assurances-vie à se tourner vers un autre produit. Car le législateur envisage de limiter les retraits sur les fonds en euros en cas de crise économique majeure dans le pays. Le gouvernement cherche ainsi à sauvegarder le système de l’assurance-vie.