Budget vacances : les Français ont moins recours au crédit

Budget vacances : les Français ont moins recours au crédit

Le dernier observatoire des crédits aux ménages de la Banque de France fait état d’une baisse des ménages ayant recours au crédit à la consommation pour financer leurs loisirs et leurs vacances, au profit d’autres secteurs comme la santé ou encore les impôts.

Les usages du crédit à la consommation

Si une grande partie des ménages a recours au prêt à la consommation pour acheter une voiture, une moto, des équipements de loisirs ou encore des équipements de la maison, d’autres y ont recours pour régler leurs frais de santé, les impôts ou encore les loisirs et vacances. Chaque année, la Banque de France dresse un observatoire des crédits aux ménages, un rapport permettant de prendre la température sur les tendances de consommation des emprunteurs.

Cette dernière version met en avant la baisse du nombre de ménages souscrivant un prêt à la consommation pour financer leurs vacances, la part représentait 1% des ménages en 2012, elle est en 2015 de 0,8%. En revanche, certains secteurs sont en hausse comme la santé qui passe de 0,5% à 0,7% sur la même période, tout comme les impôts où la part passe de 1% à 1,1%.

Payer ses impôts, les imprévus et les frais de santé avec le crédit

Certains secteurs sont cependant moins significatifs que d’autres comme notamment l’imposition, qui dépend fortement des mesures fiscales prises chaque année en matière d’allègement ou d’augmentation. Ce même rapport permet de souligner le recours de moins en moins fréquent au crédit pour régler de gros imprévus financiers, la part de 4,1% en 2001 est passée à  2,3% en 2015, pratiquement moitié moins.

En revanche, les ménages sont de plus en plus nombreux à recourir au crédit pour payer leurs frais de santé, ce qui peut s’expliquer en partie par le vieillissement de la population et l’ouverture des crédits aux séniors, avec des conditions de plus en plus adaptées à leurs besoins financiers.

Regroupement de crédits : la solution aux dépenses imprévues

Si le crédit à la consommation permet de compenser une dépense imprévue à court terme, cette opération ne s’inscrit pas dans la durée, elle propose uniquement une solution rapide et pouvant entrainer des conséquences financières sur le long terme comme l’accumulation de dettes ou encore une situation de surendettement.

Le regroupement de prêts est plus adapté à ce type de situation car le financement permet non seulement de réduire les mensualités mais également d’inclure un montant affecté à un nouveau projet comme le paiement des vacances, le règlement des impôts ou encore la réalisation de travaux. Sa mise en place est cependant plus longue que pour un prêt à la consommation et peut entrainer une majoration du coût total du crédit. Il est donc utile, lorsque l’occasion se présente, de comparer les deux solutions avant de souscrire un crédit pour payer ses vacances, ses frais de santé ou encore ses impôts.


Simulateur rachat de crédit