Les banques ouvrent leurs bras au crowdfunding

Les banques ouvrent leurs bras au crowdfunding

Les sites de financement participatif deviennent partenaires d’établissement bancaires. Les banques estiment que cette finance 2.0 est complémentaire à leur métier. Notamment en matière de crédit.

Un partenariat pour promouvoir l’innovation

Le financement participatif n’en finit pas de faire des émules. Ce système de cagnotte en ligne continue de bouleverser les habitudes des investisseurs en France et dans le monde.

Encore confidentiel il y a une dizaine d’années, le crowdfunding s’est révélé au grand public grâce au financement et à l’émergence de nouveaux artistes. Intéressé par les projets présentés, les internautes n’ont pas hésité à faire des dons en ligne. Depuis les court-métrages, projets humanitaires ou des inventions ont pu voir le jour grâce à ce nouveau système de financement.

La révolution numérique a démocratisé le recours au financement participatif. Désormais, il est possible de participer au développement d’une jeune start-up, d’un projet immobilier ou même de proposer des prêts entre particuliers.

Récemment, les banques ont commencé à s’intéresser au crowdfunding. De plus en plus d’établissements bancaires proposent des partenariats avec des sites de la finance 2.0 (l’interactivité d’Internet). En pratique, les banques mettent en relation des entrepreneurs avec des plateformes de finance participative.

En effet, pour assurer leur développement, les entreprises innovantes ont dans la majorité des cas recours à un emprunt. Néanmoins, pour pouvoir prétendre à un prêt, les porteurs de projets doivent déjà disposer de fonds propres. Le crowdfunding va donc servir à constituer cet apport.

Un mode de financement moderne qui profite à tous

Les banques trouvent tout leur intérêt dans cette démarche puisqu’une fois l’apport constitué, elles sont quasiment sûres d’accorder un prêt à une start-up dont le concept a séduit les internautes. Les groupes bancaires ne considèrent pas cette nouvelle économie comme de la concurrence.

Au contraire, ils sont nombreux à communiquer sur « une complémentarité » entre les banques traditionnelles et les sites de financement participatif. Les banques comptent également surfer sur l’image de « modernité » qui colle au financement en ligne.

Le crowdfunding s’inscrit comme le nouveau mode de financement du début du siècle. Les spécialistes du secteur estiment qu’en 2020, la finance participative permettra aux PME (petites et moyennes entreprises) de disposer de 2 milliards d’euros.


Simulateur rachat de crédit