0 800 860 860

Pour dynamiser l’accession à la propriété et relancer le secteur de la construction, le gouvernement va élargir les conditions d’accès au prêt à taux zéro. Ce financement couvrira 40 % de l’emprunt.

2016 : l’année des primo-accédants ?

Des taux d’intérêt bas à l’élargissement du prêt à taux zéro en passant par l’assouplissement des conditions d’accès au crédit, tout semble indiquer que 2016 devrait être l’année des primo-accédants.

Le gouvernement a prévu des assouplissements du prêt à taux zéro. Ce crédit gratuit est financé par l’Etat, il complète un crédit immobilier classique et allège considérablement le coût du projet.

Le PTZ accordé sous conditions, permet de financer l’achat dans le neuf ou dans l’ancien avec travaux. Jusqu’ici, sa participation au projet allait de 18 % à 26 %, en fonctions des zones géographiques.

A partir du 1er janvier 2016, la participation du PTZ montera à 40 %, quelque soit la zone visée. Les plafonds de revenus seront également augmentés. Le différé de paiement passera à 15 ans. L’objectif du gouvernement est de distribuer 55 000 prêts à taux zéro supplémentaires en 2016.

PTZ 2016 : qui est concerné ?

Certes, elles seront élargies, mais les conditions d’éligibilité de ce type de financement restent les mêmes. Le prêt à taux zéro s’adresse aux ménages n’ayant pas été propriétaires de leur résidence principale, au cours des 24 derniers mois.

De ce fait, un foyer (couple ou marié) propriétaire d’un logement locatif qu’il n’habite pas depuis 2 ans, peut prétendre à ce type de financement. Cependant, il existe une exception pour les propriétaires victimes des catastrophes naturelles.

Pour les primo-accédants, il faut que les revenus des personnes destinées à occuper le logement ne dépassent pas un certain plafond.

A ce jour, un couple sans enfant qui habite dans la zone B2 ne peut pas prétendre au PTZ si ses revenus de référence dépassent 36 000 euros. Au 1er janvier 2016, ce couple y aura droit avec les mêmes revenus de référence.


Vu à la TV : l'interview Solutis

Vidéo : interview Solutis