0 800 860 860

Alors que 2016 commence sous de très bons auspices, certains intermédiaires bancaires dressent leurs bilans de l’année 2015 qui restera dans les annales comme une année exceptionnelle. Voici quelques statistiques.

Le taux d’intérêt : du jamais vu depuis 1945

Depuis que la banque centrale Européenne (BCE) a annoncé sa nouvelle politique monétaire en début d’année 2015, les prêteurs ont ouvert les vannes du crédit immobilier.

En février 2015, il n’y avait plus de problématiques de financement interbancaire ou autres risques de manque de liquidité ou de solvabilité. Les banques étaient assurées de toujours trouver de l’argent pas cher pour financer leurs projets.

De ce fait, on a assisté à une véritable baisse des taux d’intérêt des crédits immobiliers sur 2015 et plus particulièrement au premier semestre.

Le taux le plus bas de l’année a été de 1,69 % sur une durée de remboursement de 20 ans. Du jamais vu, depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Mais, il fallait emprunter dans l’Ouest de la France et en mai pour en bénéficier.

Regroupement de prêts : une part exceptionnelle

Si le niveau historiquement bas des taux d’intérêt a constitué une aubaine pour les emprunteurs immobiliers (primo-accédant), il a aussi été une source d’agacement pour ceux qui se sont endettés à des taux importants.

Quoi de plus rageant que de rembourser son emprunt immobilier souscrit à 5 %, voire plus, quand les taux affichés avoisinent les 2,5 % en moyenne. La solution s’est passée naturellement par le rachat ou la renégociation de prêt immobilier.

En 2015, une demande de financement sur quatre était un regroupement de crédits immobiliers. Cependant, au printemps et à l’automne, cette proportion concernait près d’une demande sur deux. L’année dernière, les demandes de regroupement de prêts (immobilier, consommation) ont progressé de 45 % par rapport à 2013.

Quelles prévisions pour 2016 ?

Alors que les statistiques font état d’une légère hausse des taux au cours de l’été 2015, après plusieurs mois à des niveaux très faibles, l’année 2016 s’annonce encore favorable aux emprunteurs, que ce soit un pour crédit classique ou pour un regroupement de prêts, avec des taux de nouveau en baisse.

En ce début d’année, les conditions de crédit sont particulièrement favorables aux emprunteurs. Les prêteurs sont toujours soucieux d’alléger leurs critères d’octroi et optent pour des offres personnalisées.

En fait, il s’agit pour eux d’atteindre leurs objectifs pour 2016. Des niveaux de production nettement supérieurs à ceux de l’année précédente.


Vu à la TV : l'interview Solutis

Vidéo : interview Solutis